Bangladesh: Au moins 70 morts dans un incendie dans la capitale

ASIE Le sinistre s'est déclaré dans un immeuble de Dacca

20 Minutes avec AFP

— 

Selon les médiaux locaux, l'incendie a fait au moins 56 morts à Dacca, au Bangladesh, le 20 février 2019.
Selon les médiaux locaux, l'incendie a fait au moins 56 morts à Dacca, au Bangladesh, le 20 février 2019. — prothomalo.com/

Au moins 70 personnes ont été tuées dans un incendie​ qui s’est déclaré dans un immeuble d’habitation de la vieille ville de Dacca, au Bangladesh, qui servait également d’entrepôt pour des produits chimiques, ont annoncé ce jeudi les pompiers. Des dizaines de personnes ont été prises au piège, sans pouvoir fuir dans les rues paralysées par les embouteillages, alors que les produits chimiques, des granules en plastique et des sprays déodorants étaient la proie des flammes.

Le dernier décompte des pompiers et médecins fait état de 70 morts et au moins 55 blessés, dont 10 se trouvent dans un état critique. Le chef du service national des pompiers, Ali Ahmed, a prévenu que le bilan pourrait s’aggraver. « Le nombre de morts pourrait être plus élevé. Les recherches se poursuivent », a-t-il déclaré à l’AFP.

Les pompiers toujours à la recherche des corps

Le feu a pu avoir pour origine une bombonne de gaz. Il s’est rapidement propagé à l’ensemble d’un immeuble où étaient entreposés des produits chimiques, dans le quartier central de Chawkbazar. L’incendie a ensuite gagné quatre immeubles voisins où étaient également stockés des produits chimiques. Au moins 45 personnes ont été blessées, dont quatre se trouvent dans un état critique, a déclaré un inspecteur de police à l’Hôpital universitaire de Dacca.

En début de matinée jeudi, les quelque 200 pompiers déployés sur place avaient circonscrit le feu, mais celui-ci n’était pas encore complètement éteint. Les pompiers ont été ralentis dans leur travail par les difficultés d’accès au lieu du sinistre et le manque de réserves d’eau. Les pompiers passaient au peigne fin les étages carbonisés à la recherche de corps. Des centaines de personnes se précipitaient à l’hôpital à la recherche de leurs proches disparus, mais la plupart des cadavres étaient tellement brûlés qu’ils étaient méconnaissables.

Un incendie similaire en 2010 avait fait 120 morts

Dans ce quartier, les rues sont très étroites et les immeubles sont situés très près les uns des autres. Des images diffusées par les chaînes de télévision ont montré que le portail d’un des immeubles était fermé par une chaîne, une pratique de sécurité courante la nuit mais qui a empêché les habitants de s’enfuir.

Un incendie similaire, dans un immeuble où étaient stockés des produits chimiques, avait déjà frappé la capitale du Bangladesh en 2010 et fait 120 morts. A la suite de ce désastre, les autorités avaient lancé une campagne de répression contre le stockage de produits chimiques dans les zones résidentielles, mais les efforts pour en finir avec cette pratique dangereuse se sont relâchés ces dernières années.