Atterrissage d'un Super Hornet de retour le 23 septembre 2014 de frappes en Syrie sur le porte-avion américain George H.W. Bush
Atterrissage d'un Super Hornet de retour le 23 septembre 2014 de frappes en Syrie sur le porte-avion américain George H.W. Bush — Brian Stephens Navy Media Content Services

ETATS-UNIS

Syrie: Le retrait militaire américain ne sera ni rapide, ni brutal, prévient un émissaire

Les Etats-Unis et la Turquie doivent notamment s'entendre sur la question kurde

Le retrait militaire américain de Syrie ne sera ni rapide, ni brutal et s’accomplira en concertation avec les alliés des États-Unis, a déclaré aujourd’hui l’émissaire spécial américain pour la Syrie, James Franklin Jeffrey.

Américains et Turcs semblent ne pas être d’accord sur les mesures à prendre pour instaurer une zone de sûreté à la frontière entre la Turquie et la Syrie. Les deux pays divergent sur le sort à réserver aux milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) qui jouent un rôle déterminant dans la lutte contre le groupe État islamique.

« Nous respectons l’intégrité territoriale de la Syrie mais la question centrale est la sécurité de la frontière turque et du peuple turc », a dit Hulusi Akar, ministre turc de la Défense. « La question centrale est la sécurité pour se débarrasser des terroristes que ce soient les YPG ou Daesh », a-t-il ajouté.