Norvège: Le gouvernement autorise un projet minier controversé en Laponie, au détriment de la population Sami

0 contributions
Publié le 15 février 2019.

ENVIRONNEMENT - Les Samis s'opposent depuis le départ à ce projet, accusé d'empiéter sur les zones de pâturage de leurs animaux

La Norvège a donné jeudi son feu vert à un projet minier dans le Grand Nord, au grand dam de la population Sami qui redoute un effet négatif sur l’élevage de rennes et la pêche. Après des années de vif débat, le gouvernement de droite a autorisé la société Nussir à exploiter un gisement de cuivre à Kvalsund, près du point le plus septentrional du continent européen.

« Le projet minier renforcera les activités économiques dans le nord. Cela contribuera positivement au développement de la communauté locale avec de nouveaux emplois et de nouvelles compétences », a fait valoir le ministre du Commerce et de l’Industrie, Torbjørn Røe Isaksen.

Les Samis dénoncent une « grave violation » de leurs droits

Il s’agit d’une « grave violation des droits samis », ont réagi plusieurs représentants des Samis. Depuis le départ, cette population autochtone s’oppose à ce projet qui empiéterait sur des aires de pâturage. « Ce permis d’exploitation démontre une arrogance incroyable à l’égard des droits des éleveurs de rennes », a commenté Runar Myrnes Balto, à la tête de l’Association nationale des Samis norvégiens.

« Dans les faits, le gouvernement dit que même si les familles sont totalement dépendantes de ces espaces pour pouvoir pratiquer l’élevage de rennes, cela est sans aucune importance » quand il y a de tels investissements pour le développement, a-t-il ajouté.

Inquiétude autour des rejets de métaux lourds

L’association s’inquiète par ailleurs des conséquences pour les pêcheurs samis du dépôt de résidus miniers dans un fjord local, riche en saumons. « C’est un des projets industriels les plus néfastes pour l’environnement de l’Histoire norvégienne », a déploré Silje Ask Lundberg, présidente de la branche norvégienne de l’ONG Amis de la Terre.

Selon elle, deux millions de tonnes de résidus de métaux lourds chaque année, soit l’équivalent de 17 cargaisons de poids lourds par heure, seront rejetées dans ces eaux, affectant de nombreuses autres populations de poissons comme le cabillaud, le colin, le flétan et le hareng. Plusieurs formes d’actions de protestation ont été annoncées, y compris une campagne de désobéissance civile.

 

20 Minutes avec agences
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr