Crimes contre l'humanité: Le Syrien arrêté mardi en France va être présenté à un juge d'instruction

SYRIE L'homme est soupçonné d'avoir participé à des crimes contre l'humanité en Syrie sous le régime de Bachar al-Assad

J.D. avec AFP

— 

La ville détruite de Raqqa en Syrie.
La ville détruite de Raqqa en Syrie. — ABDULLAH AL-SHAM / AFP

Un Syrien soupçonné de crimes contre l'humanité entre 2011 et 2013 dans son pays et interpellé mardi en France a été déféré au parquet de Paris afin d'être présenté vendredi à un juge d'instruction en vue d'une mise en examen.

Une information judiciaire a été ouverte pour « actes de torture », « crimes contre l'humanité » et « complicité de ces crimes », selon le parquet. Cet homme d'une trentaine d'années avait été arrêté en région parisienne et placé en garde à vue mardi. Le même jour, deux autres Syriens avaient aussi été interpellés à Berlin et Zweibrücken, en Rhénanie-Palatinat, dans l'ouest de l'Allemagne, dans le cadre d'une opération menée par une équipe commune d'enquête entre les deux pays.

Des exactions commises sous le régime de Bachar al-Assad

Selon une source proche du dossier, le Syrien arrêté en France est un ancien des services de renseignement du régime de Bachar al-Assad. Il est soupçonné d'avoir participé aux exactions commises contre les populations civiles par le régime syrien entre 2011 et 2013. Les deux autres suspects arrêtés en Allemagne sont aussi soupçonnés d'être des membres des moukhabarat, les services de renseignement syriens, dans la région de Damas, avait indiqué mercredi le parquet fédéral de Karlsruhe dans un communiqué. 

Anwar R., 56 ans, aurait été complice de tortures commises par les services secrets syriens dans une prison. Eyad A., 42 ans, est soupçonné d'avoir participé au meurtre de deux personnes et aux tortures infligées à au moins 2.000 personnes entre juillet 2011 et janvier 2012. Les enquêteurs s'appuient notamment sur des témoignages de victimes de ces tortures. Les deux Syriens ont, selon le parquet allemand, quitté leur pays dès 2012, avant de gagner l'Allemagne et d'y demander l'asile.