Portugal : Les infirmiers en grève, plus de 2.600 opérations chirurgicales reportées faute de personnel

SOCIAL Le personnel soignant réclame des hausses de salaire et la fin de la politique d’austérité

20 Minutes avec agences

— 

La semaine dernière, la grève des infirmiers a paralysé une partie de l'activité des hôpitaux portugais (photo d'illustration).
La semaine dernière, la grève des infirmiers a paralysé une partie de l'activité des hôpitaux portugais (photo d'illustration). — Pixabay

Au Portugal, 2.657 opérations chirurgicales ont été reportées la semaine dernière en raison d’une grève des infirmiers. Ces derniers réclament des hausses de salaire et une meilleure rémunération de leurs heures supplémentaires.

Entre le 31 janvier et le 8 février, 56 % des interventions prévues dans les dix hôpitaux publics touchés par la grève ont dû être reportées.

Des infirmiers grévistes réquisitionnés

Jeudi, le gouvernement portugais avait décrété la réquisition de grévistes, afin de garantir aux patients le respect de l’obligation de service minimum. « En démocratie, le service minimum est le contrepoids du droit à la grève », a souligné la ministre de la Santé, Marta Temido.

Les deux syndicats minoritaires qui soutiennent le mouvement, prévu pour durer jusqu’à la fin du mois de février, ont saisi les tribunaux pour s’opposer à la réquisition gouvernementale.

780.000 euros dans la cagnotte participative

La paralysie des blocs opératoires par une minorité d’infirmiers a été taxée de « sauvage » et d'« illégale » par le Premier ministre socialiste, Antonio Costa. Au cours des cinq dernières semaines de l’année 2018, une première grève de ce type avait entraîné l’annulation ou le report de près de 8.000 opérations chirurgicales.

Au cours de ces deux grèves, les infirmiers ont levé près de 780.000 euros de fonds à l’aide d’une plateforme de financement participatif, une somme destinée à alimenter une caisse de soutien aux grévistes.

Les fonctionnaires appelés à rejoindre le mouvement

Les infirmiers portugais réclament des augmentations de salaires, une meilleure rémunération des heures supplémentaires, mais également le dégel des promotions, bloquées par la cure d’austérité imposée pendant la crise financière.

L’ensemble des 665.000 fonctionnaires portugais est appelé à faire grève ce vendredi 15 février à l’appel de leur principal syndicat, qui réclame également des hausses de salaire mais a pris ses distances vis-à-vis du mouvement des infirmiers en raison de son impact pour les patients.