Inde: L'alcool frelaté fait une centaine de morts en un week-end

INTOXICATION De nombreuses personnes ont été arrêtées suite aux décès

20 Minutes avec AFP

— 

Un enfant indien prépare du Gudumba, une liqueur illicite. (16 Décembre 2011).
Un enfant indien prépare du Gudumba, une liqueur illicite. (16 Décembre 2011). — Mahesh Kumar A/AP/SIPA

Une centaine de personnes ont succombé après avoir ingéré de l’alcool frelaté au cours du week-end en Inde, déclenchant une vaste opération policière contre les distilleries clandestines, ont rapporté ce lundi les autorités et la presse locales.

De nombreuses victimes restent hospitalisées dans une zone à cheval sur les États d’Uttar Pradesh et d’Uttarakhand (nord), située à 150 kilomètres au nord de la capitale New Delhi. La région a enregistré une avalanche de décès dus à l’alcool clandestin depuis vendredi soir. D’après les médias indiens, le bilan s’élève à 116 morts depuis vendredi et pourrait être amené à s’alourdir. Plus de 3.000 personnes soupçonnées d’être liées à la contrebande d’alcool ont été arrêtées en réponse à cette hécatombe, ont indiqué les autorités d’Uttar Pradesh.

40 % de l’alcool produit est illégal

« La plupart des morts sont survenues au cours du week-end et de nombreuses personnes des villages alentour sont traitées dans les hôpitaux locaux », a déclaré à l’AFP Shailendra Kumar Sharma, porte-parole de la police du district de Saharanpur en Uttar Pradesh, qui a recensé 59 décès.

Des centaines d’Indiens pauvres meurent chaque année après avoir consommé de l’alcool frelaté bon marché. Les contrebandiers ajoutent souvent du méthanol - un alcool hautement toxique parfois utilisé comme antigel - dans leur breuvage afin de le corser. Des cinq milliards de litres d’alcools bus chaque année en Inde, environ 40 % sont produits illégalement, selon l’International Spirits and Wine Association of India.