Etats-Unis: Jair Bolsonaro va rendre visite à Donald Trump en mars

ALLIANCE Le président brésilien, issu de l'extrême droite, partage de nombreuses positions avec Donald Trump

20 Minutes avec AFP

— 

Jair Bolsonaro, le président brésilien, le 15 janvier 2019.
Jair Bolsonaro, le président brésilien, le 15 janvier 2019. — EVARISTO SA / AFP

Jair Bolsonaro va rencontrer Donald Trump. Le président du Brésil effectuera une visite aux Etats-Unis en mars, a annoncé ce jeudi à Washington le ministre brésilien des Affaires étrangères. Il salue l’avènement d’une relation « très différente » entre les deux pays.

La visite promet d’être plus que courtoise. « Nous avons presque décidé une date au début de la seconde moitié de mars. Cela devrait être annoncé officiellement très bientôt », a déclaré lors d’une conférence de presse le chef de la diplomatie brésilienne, Ernesto Araujo. La visite de Jair Bolsonaro « devrait impliquer une nouvelle vision du partenariat entre le Brésil et les Etats-Unis » qui se situera « à un niveau très différent, plus profond » qu’auparavant, a estimé le ministre.

De nombreux points communs

Jair Bolsonaro, issu de l’extrême droite, et le président américain Donald Trump, un républicain, souhaitent tous les deux la chute du président Nicolas Maduro au Venezuela et ils critiquent durement les gouvernements de Cuba et du Nicaragua. Le Brésil est d’accord avec les Etats-Unis pour dire que Cuba est « une grande partie du problème » au Venezuela et joue « un rôle regrettable dans le maintien au pouvoir de la dictature de Maduro », a continué Araujo.

Donald Trump et Jair Bolsonaro sont également du même avis sur le changement climatique et sur les relations avec la Chine. Jair Bolsonaro, entré en fonction le 1er janvier, avait promis pendant la campagne électorale d’établir des liens étroits avec Washington après une décennie de gouvernements brésiliens de gauche.

« Je suis un admirateur du président Trump. Il veut de grands Etats-Unis. Je veux un grand Brésil », avait déclaré Jair Bolsonaro après avoir remporté le premier tour de l’élection présidentielle.