Les démocrates s'attaquent aux impôts de Trump, qui dénonce un «harcèlement sans fin»

ETATS-UNIS Avec la majorité à la Chambre, l'opposition relance l'enquête sur les finances du président américain...

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump dans le bureau ovale de la Maison Blanche (illustration).
Donald Trump dans le bureau ovale de la Maison Blanche (illustration). — Evan Vucci/AP/SIPA

Sa campagne, les zones d’ombre de ses affaires, ses liens éventuels avec Moscou : les démocrates, désormais en position de force au Congrès, veulent enquêter sur Donald Trump. Le président américain, lui, dénonce un « harcèlement présidentiel sans fin ».

Majoritaires à la Chambre des représentants pour la première fois depuis huit ans, les démocrates passent cette semaine à la vitesse supérieure avec, jeudi, les premières auditions sur un sujet sensible : les feuilles d’impôts du magnat de l’immobilier.

« Nous ne nous laisserons pas intimider »

Le président de la commission du Renseignement de la Chambre Adam Schiff a promis mercredi une « enquête rigoureuse » sur les efforts de la Russie pour influencer le processus politique américain, déplorant que « de nombreuses pistes d’investigation » n’aient pas été explorées par le précédent Congrès, dominé par les républicains.

« Je peux comprendre pourquoi l’idée (…) terrifie le président. Plusieurs de ses proches vont en prison, d’autres attendent leur procès et les enquêtes judiciaires se poursuivent », a rétorqué ce dernier. « Nous ferons notre travail et nous ne nous laisserons pas distraire ou intimider par les menaces et les attaques ».

« Harcèlement présidentiel »

« Voilà qu’Adam Schiff, après n’avoir pas trouvé la moindre collusion avec la Russie, annonce qu’il va scruter le moindre recoin de ma vie, sur un plan financier comme personnel, même s’il n’y a aucune raison de le faire », a-t-il tweeté jeudi. « Du jamais vu ! Harcèlement présidentiel sans fin… », a-t-il ajouté, dénonçant une « poursuite de la chasse aux sorcières », surnom qu’il a donné à l’enquête du procureur spécial Robert Mueller notamment sur les liens présumés entre son équipe de campagne et Moscou lors de la présidentielle de 2016.

Le Congrès organise jeudi les premières auditions sur une proposition de loi qui obligerait les présidents, vice-présidents et candidats désignés à la présidentielle à publier leurs déclarations d’impôts des dix années écoulées. En campagne comme à la présidence, l’homme d’affaires de New York a toujours refusé de publier ces dernières contrairement à une tradition de transparence scrupuleusement respectée par tous les présidents et candidats à la Maison Blanche depuis un quart de siècle.