Etats-Unis: Les trottinettes électriques ont fait au moins 1.500 blessés

ACCIDENTS Consumer Reports a dénombré 1.542 cas de soins pour des blessures liées à ces engins

Clémence Apetogbor

— 

Un homme fait de la trottinette à Washington, aux Etats-Unis
Un homme fait de la trottinette à Washington, aux Etats-Unis — ERIC BARADAT / AFP

N’est pas pilote de trottinette électrique qui veut. Au moins 1.500 personnes ont été soignées après des accidents survenus en trottinette électrique aux Etats-Unis depuis fin 2017, selon une organisation de défense des consommateurs.

Consumer Reports, qui édite un magazine sur les questions de consommation, précise que ces chiffres, basés sur des statistiques hospitalières et des services de police, n’est pas exhaustif et n’inclut pas quatre décès liés à des trottinettes électriques et rapportés par la presse.

Traumatismes crâniens, fractures du nez ou de l’avant-bras

En contactant 110 hôpitaux et 5 services d’urgences dans 47 villes américaines où sont présentes les trottinettes en libre-service d’au moins un des deux plus gros noms du secteur (Bird et Lime), Consumer Reports a dénombré 1.542 cas de soins pour des blessures liées à ces engins.

Les trottinettes en libre-service, qu’il est possible de louer via son smartphone, cartonnent dans de nombreux pays, dont la France. Mais elles apportent aussi leur lot de dangers, que ce soit sur la route ou sur les trottoirs.

Cette semaine, selon la presse locale, un étudiant irlandais de 21 ans est mort après avoir été percuté sur sa trottinette par une voiture à Austin (Texas), où il se trouvait dans le cadre d’un programme d’échange universitaire.

Selon Consumer Reports, les blessures sont souvent des traumatismes crâniens, fractures du nez ou de l’avant-bras. Les usagers sont encouragés par les loueurs à porter des casques mais aucun cadre légal ne les y oblige.

Des chiffres sous-estimés selon les professionnels

Consumer Reports affirme que beaucoup de professionnels lui ont indiqué que les chiffres étaient forcément sous-évalués car les hôpitaux, pompiers ou policiers ne précisent pas forcément dans les dossiers si la victime était sur une trottinette.

Ainsi, plus de la moitié des services contactés n’avaient pas de données détaillées. Pas moyen non plus de calculer le taux d’incidents par rapport à la distance parcourue, ce qui permettrait de comparer la dangerosité de la trottinette à d’autres modes de transport comme le vélo.

Ces chiffres manquent de contexte et ne prennent pas en compte le fait que les trottinettes réduisent le trafic automobile, a réagi dans une déclaration écrite Paul White, directeur de la sécurité chez Bird. « Conduire est bien plus meurtrier pour tout le monde, comme le montrent les 6.000 piétons tués sur les routes américaines en 2017 », a-t-il estimé. « Nous sommes fiers de proposer une alternative de transport qui permet d’éviter la voiture, non seulement pour réduire la mortalité sur les routes mais aussi pour contribuer à aider le climat, et (ainsi) aider les villes à aller vers un avenir plus sûr et plus connecté pour nous tous », a-t-il encore assuré.