VIDEO. Venezuela: La France «reconnaît» Juan Guaido comme président du pays, a déclaré Emmanuel Macron

DIPLOMATIE Plusieurs pays européens avaient demandé à Nicolas Maduro l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle, une demande rejetée par le président vénézuélien…

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron en conférence de presse avec le président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi, au Caire, le 28 janvier 2019.
Emmanuel Macron en conférence de presse avec le président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi, au Caire, le 28 janvier 2019. — Ludovic MARIN / AFP

La France reconnaît Juan Guaido comme « président en charge », a déclaré ce lundi Emmanuel Macron sur Twitter. Ce message vient confirmer celui du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, qui a assuré plus tôt que dans la matinée que le président du parlement vénézuélien « a la légitimité pour organiser des élections » présidentielles. Ces déclarations interviennent alors que Nicolas Maduro a rejeté l’ultimatum européen dimanche.

Plusieurs pays européens, dont l’Allemagne, la France, l’Espagne et le Royaume-Uni, avaient donné jusqu’à dimanche à Nicolas Maduro pour convoquer une nouvelle élection présidentielle, faute de quoi ils reconnaîtraient son rival Juan Guaido comme président par interim. Un ultimatum rejeté par le président vénézuélien.

Oppression et inflation

Dans un entretien avec la chaîne de télévision espagnole La Sexta, Nicolas Maduro a déclaré qu’il ne ferait pas preuve de « lâcheté face aux pressions » de ceux qui réclament son départ. « Pourquoi faut-il que l’Union européenne dise à un pays du monde qui a déjà organisé des élections qu’il doit refaire son élection présidentielle, parce que ce ne sont pas ses alliés de droite qui l’ont gagnée ? », s’est-il interrogé.

« Nous allons nous mettre en relation avec nos collègues européens pour reformuler cette demande et faire en sorte qu’un groupe de contact que nous nous proposons de créer pour accompagner la transition puisse se mettre en œuvre, avec les pays européens qui voudront bien s’y joindre », a appuyé Jean-Yves Le Drian. « Ce pays est aujourd’hui exsangue, il y a de très nombreux réfugiés, il y a une oppression, il y a une inflation épouvantable, le peuple est dans la rue », a-t-il souligné.

Le ministre français des Affaires étrangères a récusé les accusations d’ingérence, formulées notamment par la Russie qui soutient le président Nicolas Maduro. « Ce n’est pas de l’ingérence, à partir du moment où il y a une crise dans un pays, qu’il y a un appel du président Guaido à le soutenir pour rétablir la démocratie », a-t-il ajouté. Juan Guaido qui s’était proclamé le 23 janvier président par intérim du Venezuela, a déjà été reconnu par les Etats-Unis, le Canada, l’Australie et de nombreux pays d’Amérique latine.