Brexit: Le plan pour évacuer la reine Elizabeth en cas d'émeutes à Londres

PREVENTION Si le climat s’envenimait à Londres dans le cas d’un no deal sur le Brexit, tout est prévu pour mettre la reine en sécurité

A.B.
— 
La reine Elizabeth II à Londres le 24 octobre 2018
La reine Elizabeth II à Londres le 24 octobre 2018 — James Gourley/REX/Shutterstock/SIPA

« God Save the Queen » ! Conformément à la devise britannique, la protection de la reine Elizabeth II est une priorité nationale. Alors que se profile la perspective d’un Brexit dur, un plan d’évacuation de la reine a donc été mis au point au cas où des émeutes éclateraient dans les rues à Londres, où se trouve la résidence royale Buckingham Palace, comme le révèle la presse britannique ce dimanche.

Déplacer la famille royale loin de Londres

« Ces plans d’évacuation d’urgence existent depuis la guerre froide, mais viennent d’être redéfinis au cas où se produiraient d’éventuels troubles à l’ordre public en cas de no deal sur le Brexit », indique le Sunday Times, citant une source anonyme au gouvernement. Selon le Mail on Sunday, ce plan prévoirait de déplacer la famille royale, y compris la Reine et son époux le Prince Philip, en lieu sûr, loin de Londres.

Car pour l’heure, le gouvernement britannique a bien du mal à obtenir le soutien du Parlement pour un accord sur le Brexit, avant la sortie du Royaume-Uni de l’UE, le 29 mars prochain. Ainsi, gouvernement et entreprises planchent sur des solutions concrètes à mettre en œuvre en cas de « no deal » sur le Brexit. Nombre d’entreprises redoutent des perturbations généralisées en cas de retard important des importations en provenance de l’UE en raison de nouveaux contrôles douaniers, voire de probables pénuries de denrées alimentaires et de médicaments.

Le mois dernier, le discours annuel prononcé par la reine de 92 ans devant une assemblée de femmes a été largement interprété en Grande-Bretagne comme un appel lancé aux politiques britanniques de parvenir à un accord sur le Brexit.

Un lieu tenu secret

Jacob Rees-Mogg, législateur conservateur et fervent défenseur du Brexit, a déclaré ce dimanche au Mail qu’il croyait que les responsables de ce plan d’évacuation paniquaient inutilement à propos d’un Brexit sans accord, rappelant que les hauts dirigeants royaux étaient restés à Londres pendant les bombardements de la Deuxième Guerre mondiale.

Mais le Sunday Times cite un ancien officier de la police, autrefois chargé de la protection royale, Dai Davies, qui a déclaré s’attendre à ce que la Reine soit déplacée de Londres en cas de troubles. « S’il y avait des problèmes à Londres, il est clair que vous éloigneriez la famille royale de ces sites clés », aurait déclaré Davies.

Evidemment, le lieu secret où pourraient être déplacés la grand-mère du Prince Harry et les proches membres de sa famille n’a pas été dévoilé.