Russes et Géorgiens se livrent à des «combats acharnés» en Ossétie du Sud

CONFLIT La Géorgie et l'Ossétie annoncent respectivement avoir pris le contrôle du territoire...

V.G. (avec agence)

— 

La Russie a promis des mesures de rétorsion contre la Géorgie vendredi alors que les combats faisaient rage dans la république séparatiste d'Ossétie du Sud, Tbilissi accusant de son côté la Russie de bombarder ses positions.
La Russie a promis des mesures de rétorsion contre la Géorgie vendredi alors que les combats faisaient rage dans la république séparatiste d'Ossétie du Sud, Tbilissi accusant de son côté la Russie de bombarder ses positions. — Vano Shlamov AFP
Les forces russes de maintien de la paix et les «unités militaires géorgiennes» se livraient à des «combats acharnés» ce vendredi soir au sud de la capitale de l'Ossétie du Sud, Tskhinvali, a annoncé le commandement de ces forces, cité par l'agence RIA-Novosti.

Pendant ce temps, les différentes autorités se livrent à une guerre de l'information. La porte-parole du gouvernement rebelle d'Ossétie du Sud, Irina Gagloïeva, a ainsi affirmé que les forces armées ossètes «contrôlaient» la capitale. Avant elle, c'est la Géorgie qui avait annoncé avoir pris le contrôle de la quasi-totalité de ce territoire séparatiste de Géorgie, dont Tskhinvali, selon le président géorgien, Mikhaïl Saakachvili. Seule Djava, une localité au nord de la ville, ne serait pas sous contrôle géorgien, a précisé le président dans une allocution télévisée, soulignant que 30 Géorgiens au total auraient péri dans les combats.

Le président de l'Ossétie du Sud, Edouard Kokoïty, parle, lui, de 1.400 morts à la suite de l'offensive géorgienne. Un précédent bilan faisait état de centaines de morts à Tskhinvali. La ville a été «presque entièrement détruite» par les bombardements géorgiens, a de son côté, déclaré le commandant des forces russes de maintien de la paix.

Incursion des chars russes

Un peu plus tôt,
Tbilissi avait reconnu avoir perdu le contrôle d'une partie de Saakachvili, après les bombardements des forces armées russes. Un responsable du ministère russe de la Défense, cité par les agences de presse, avait en effet déclaré que des chars et des pièces d'artillerie russes avaient «détruit» des positions géorgiennes autour de Tskhinvali. Et selon le secrétaire adjoint du Conseil de sécurité d'Ossétie du Sud, Rouslan Gagloïev, des blindés russes étaient en train d'entrer dans le nord de Tskhinvali.

Le président géorgien Mikhaïl Saakachvili avait déjà dénoncé une incursion russe en territoire géorgien. «150 chars russes, des personnels armés et d'autres véhicules sont rentrés en Ossétie du Sud», a t-il précisé. «Je dois aussi dire que les forces géorgiennes ont abattu deux avions russes sur le territoire géorgien».

>> Voir le reportage vidéo (en anglais) de Reuters..

Par ailleurs, des milliers d'habitants de ce territoire ont «récemment» fui vers la Russie en raison de l'aggravation des tensions dans la région, a annoncé le service de presse de l'administration russe chargée des migrations cité par l'agence Interfax. «La plupart habitent chez leurs parents en Ossétie du Nord», une république russe voisine, a précisé cette administration.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a affirmé vendredi que des «scènes de nettoyage ethnique» avaient été signalées dans des villages en Ossétie du Sud. «Le nombre des refugiés augmente. Une crise humanitaire menace», a ajouté le chef de la diplomatie russe.

>> Pour comprendre comment on est arrivé là, le décryptage de notre correspondant à Moscou...

«Des postes des forces de maintien de la paix (russes) ont été pris sous le feu des forces géorgiennes. Conséquence, plus de dix soldats ont été tués et environ 30 blessés», a déclaré le commandement de l'infanterie russe. Des détachements de la 58e armée russe sont arrivés à proximité de Tskhinvali «pour venir en aide aux soldats russes des forces de maintien de la paix».

En riposte à une manœuvre de l'armée géorgienne, trois avions russes auraient bombardé vendredi matin le territoire géorgien, a annoncé à l'AFP un porte-parole du ministère géorgien de l'Intérieur. Un poste de police à Kareli, un village proche de l'Ossétie du Sud et la ville de Gori aurait été visé. La Russie a démenti que ses forces aériennes aient attaqué la Géorgie.