Canada: Le mystère s'épaissit autour du nombril d'un ours dessiné dans la neige

ENQUETE Drone, lance-pierres, nombril préexistant… Quelle est votre théorie ?

L.Br.

— 

Le dessin de l'ours est partagé sur les réseaux sociaux, pour tenter de percer le mystère.
Le dessin de l'ours est partagé sur les réseaux sociaux, pour tenter de percer le mystère. — Capture d'écran/Twitter

Au diable le réchauffement climatique et les tensions politiques. Ce qui passionne les Canadiens en ce moment, c’est une histoire d’ours et de nombril. Mercredi, les résidents du quartier Saint-Henri à Montréal ont découvert un ours dessiné sur la neige fraîchement tombée. Problème : personne ne sait comment le ou les artistes ont réussi à tracer son nombril, qui se trouve au milieu du dessin, sans aucune trace de pas alentour. Sur les réseaux sociaux, des internautes rivalisent de théories.

La solution la plus simple, qui vient à l’esprit tout de suite, c’est un saut. Sauf que ce saut semble à la limite de l’impossible (essayez donc chez vous) quand on sait que les parois de l’ours sont séparées de plus de deux mètres de son nombril, raconte Radio Canada, qui s’est intéressé à l’affaire. Le mystère s’épaissit, les théories les plus farfelues se multiplient.

Un drone ou un bâton de hockey

L’artiste a-t-il lancé quatre boules de neige parfaites l’une après l’autre ? A-t-il utilisé un drone ? Pour tracer un dessin dans la neige, ça semble un peu too much. Plus intéressant, des internautes appartenant à cette nation de fans de hockey ont émis l’hypothèse de l’aide de bâtons de hockey.

« Puis-je proposer une théorie farfelue ? Un ballon fixé à un long morceau de bois (un deux par quatre ?). Ils pouvaient être debout sur le côté et dessiner le nombril de cette façon », estime sur Brennan sur Twitter. Ultime proposition : le nombril était déjà là avant l’arrivée des artistes, qui se sont ainsi sentis inspirés.

En attendant, le dessin, toujours visible par les promeneurs sur le canal Lachine, est devenu une attraction… éphémère.