Rupture de barrage au Brésil: Le bilan s'alourdit à 110 morts

BRESIL Plusieurs centaines de pompiers et de soldats participent aux opérations de secours et de recherche à Brumadinho depuis vendredi dernier..

N.Sa avec AFP

— 

Le bilan de la catastrophe de Brumadinho est passé à 110 morts et 238 disparus le 31 janvier 2018.
Le bilan de la catastrophe de Brumadinho est passé à 110 morts et 238 disparus le 31 janvier 2018. — Andre Penner/AP/SIPA

Le bilan de la catastrophe de Brumadinho est passé à 110 morts et 238 disparus, de nouveaux corps ayant été exhumés jeudi des tonnes de boue qui se sont écoulées après la rupture d’un barrage dans le sud-est du Brésil, ont annoncé les pompiers.

Sur les 110 corps retrouvés, 71 ont pu être identifiés, a précisé Flavio Godinho, lieutenant-colonel de la Défense civile du Minas Gerais, qui organise et coordonne les secours.
La majorité des corps « ont été retrouvés dans des couches superficielles » de boue, a-t-il précisé. Mais pour la suite, « les recherches dépendront de travaux d’excavation et de consolidation du sol, ce qui va ralentir les opérations », a averti pour sa part Pedro Aihaea, porte-parole des pompiers de l’Etat du Minas Gerais.

Le Brésil, reconnaissant de l’aide apporté par Israël

La rupture du barrage de la mine Corrego do Feijao a provoqué une vague de boue de résidus miniers qui a notamment dévasté les locaux administratifs du groupe minier Vale, où les autorités estiment que se trouvaient la plupart des victimes. Le contingent de 116 hommes de l’armée israélienne qui avait prêté main forte aux secouristes brésiliens depuis lundi, avec 16 tonnes d’équipement dont des sonars, a quitté Brumadinho jeudi.

« Les vaillants soldats israéliens envoyés par le Premier ministre Benjamin Netanyahu ont conclu aujourd’hui leur mission », a tweeté depuis son lit d’hôpital le président Jair Bolsonaro, opéré lundi à l’abdomen. « Je suis reconnaissant, au nom du peuple brésilien, à l’Etat d’Israël des services rendus à Brumadinho, à nos forces armées et à nos pompiers », a ajouté le président, dont l’arrivée au pouvoir en janvier a marqué une embellie des relations avec Israël.