Brexit: L'accord de retrait est «la meilleure et unique solution», affirme l'Allemagne

ROYAUME-UNI Le parlement britannique a autorisé Theresa May à renégocier l’accord de sortie du Royaume-uni le 29 mars et le « filet de sécurité » prévu pour l’Irlande…

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, à Berlin, le 23 janvier 2019.
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, à Berlin, le 23 janvier 2019. — Bernd von Jutrczenka/AP/SIPA

Pour le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, l’accord sur le Brexit négocié avec l’Union européenne est « la meilleure et unique solution », a-t-il estimé, ce mercredi, une interview au groupe de médias Funke.

« Notre position est claire : l’accord de retrait est la meilleure et unique solution pour une sortie ordonnée », a déclaré Heiko Maas.

« Nous ne laisserons pas l’Irlande isolée sur cette question »

La Première ministre britannique Theresa May a obtenu mardi un mandat de son parlement pour renégocier l’accord pour la sortie du Royaume-uni le 29 mars et le « filet de sécurité » prévu pour l’Irlande. Elle a immédiatement reçu une fin de non-recevoir de l’Union européenne.

L’Allemagne, par la voix de son chef de la diplomatie, rappelle en particulier son attachement au backstop, la disposition pour éviter le retour à une frontière physique entre l’Irlande et la province britannique d’Irlande du Nord. « L’Allemagne et toute l’Union sont fermement du côté de l’Irlande. Nous ne laisserons pas l’Irlande isolée sur cette question », assure Heiko Maas.

Vers une sortie sans accord ?

L’accord de divorce, censé organiser un Brexit ordonné, avait été massivement rejeté le 15 janvier par les députés britanniques et Theresa May s’efforce depuis de remettre le processus sur les rails afin d’éviter une sortie sans accord, un scénario redouté par les milieux économiques.

La Première ministre s’est engagée à faire voter un accord remanié « dès que possible ». Si aucun accord n’est conclu avec l’UE d’ici le 13 février, elle a annoncé son intention d’organiser un vote le 14 février sur un départ sans accord.