Pakistan : La Cour suprême valide l’acquittement d’Asia Bibi

RELIGION Condamnée à mort pour blasphème en 2010, elle a été acquitée en octobre mais un recours avait été déposé contre cette décision…

20 Minutes avec AFP

— 

La chrétienne Asia Bibi a été accusée de blasphème au Pakistan. Après son acquittement, des milliers d’islamistes avaient bloqué trois jours durant les principaux axes du pays pour exiger sa pendaison. (2018)
La chrétienne Asia Bibi a été accusée de blasphème au Pakistan. Après son acquittement, des milliers d’islamistes avaient bloqué trois jours durant les principaux axes du pays pour exiger sa pendaison. (2018) — AAMIR QURESHI / AFP

L’affaire est devenue un symbole. Au Pakistan, la Cour suprême s’est opposée ce mardi à l’ouverture d’une procédure en appel contre l’acquittement d'Asia Bibi. Cette décision ouvre la voie au départ de la chrétienne du pays à l’issue d’une longue saga judiciaire.

« Ce recours est rejeté », a déclaré le juge Asif Saeed Khosa à l’issue de cette audience devant la plus haute instance judiciaire pakistanaise. Elle avait prononcé le 31 octobre l'acquittement d'Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème en 2010. Plus rien ne l'empêche désormais de quitter ce pays musulman très conservateur, où, ciblée par les extrémistes religieux, elle vit sous haute protection.

 

Condamnée à mort pour un verre d’eau

Cette ouvrière agricole chrétienne âgée d’une cinquantaine d’années, avait été condamnée à mort en 2010 pour blasphème à la suite d’une dispute avec des villageoises musulmanes au sujet d’un verre d’eau. Son cas a eu un retentissement international, attirant l’attention des papes Benoît XVI et François. L’une de ses filles a rencontré ce dernier à deux reprises.

L’affaire Asia Bibi divise le Pakistan, où le blasphème est un sujet extrêmement sensible. Des accusations suffisent à provoquer des lynchages mortels. Les défenseurs des droits de l’homme voient en Asia Bibi un symbole des dérives de la loi réprimant le blasphème au Pakistan, souvent instrumentalisée, selon ses détracteurs, pour régler des conflits personnels

Après l’acquittement de d’Asia Bibi, des milliers d’islamistes avaient bloqué trois jours durant les principaux axes du pays pour exiger sa pendaison. Ces rassemblements avaient poussé le gouvernement du Premier ministre Imran Khan à signer un accord controversé avec eux.