Etats-Unis: Des informations militaires sensibles sur le bloc-notes du monsieur sécurité de Trump

CONFIDENTIEL John Bolton, secrétaire d’Etat à la Sécurité, a écrit sur son bloc-notes : « 5.000 troupes en Colombie »…

L.Br.

— 

John Bolton, le conseiller à la sécurité de Donald Trump, tient fièrement son bloc-notes secret défense sous le bras.
John Bolton, le conseiller à la sécurité de Donald Trump, tient fièrement son bloc-notes secret défense sous le bras. — Evan Vucci/AP/SIPA

Nouvelle bourde de l’équipe Trump ou communication intentionnelle ? Lors d’une réunion à la Maison-Blanche lundi, le conseiller à la Sécurité de Donald Trump a révélé une information militaire stratégique… écrite sur le bloc-notes qu’il portait sous le bras.

John Bolton attend son tour de parole à la Maison-Blanche, alors que le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin s’exprime devant des journalistes. Sous le bras, il tient son bloc-notes, format A4 avec deux bouts de phrases manuscrits. « Afghanistan -> Welcome the Talks », une référence aux négociations de paix en cours avec les Talibans. En dessous, la mention « 5,000 troops to Colombia », « 5.000 troupes en Colombie », a suscité la curiosité des journalistes présents sur place, les Etats-Unis n’ayant pas actuellement de tel dispositif.

Réaction du Pentagone

Pour l’instant, on ne sait pas encore si cette communication était intentionnelle ou pas de la part de John Bolton. L’information a pourtant déjà provoqué de nombreuses réactions. Des officiels du Pentagone, interrogés par le Washington Post, ont affirmé que le département de la Défense n’avait pas reçu d’ordre en ce sens.

La Colombie étant frontalière avec le Venezuela, il pourrait s’agir d’une stratégie américaine dans la crise politique que traversent le pays de Nicolas Maduro et les Etats-Unis. « Toutes les options sont sur la table » sur le Venezuela, a déclaré la Maison-Blanche dans un communiqué, ne fermant pas la porte à un déploiement de troupes. Même si le rôle de ces soldats reste encore à éclaircir, un envoi de 5.000 soldats en Colombie serait considéré comme une escalade majeure de l’implication des Etats-Unis en Amérique du Sud.

Un mot mal orthographié en marge

« Je n’ai pas d’informations » à ce sujet, a réagi Juan Guaido, président autoproclamé du Venezuela et leader de l’opposition à Nicolas Maduro, leader en place du pays. « Mais nous sommes clairement dans une situation bien complexe au Venezuela », a-t-il dit. Les tensions entre les Etats-Unis et le Venezuela ont atteint un niveau de crise inégalé la semaine passée, après que les Etats-Unis ont reconnu Juan Guaido, chef de l’Assemblée nationale et président autoproclamé.

Ce n’est pas la première fois qu’un membre de l’équipe Trump révèle des notes « confidentielles » lors d’une réunion. Kris Kobach, l’ancien secrétaire d’Etat du Kansas, avait été photographié en 2016 avec un document indiquant « Plan stratégique ». Le document contenait des propositions anti-immigration, comme la suppression de l’accueil des réfugiés syriens. En juillet 2018, en marge d’un discours de Donald Trump, des observateurs avaient repéré une note « Il n’y a pas de colusion », en capitales, avec le mot « collusion » mal orthographié.