Syrie: Le «califat» de Daesh éliminé d'ici un mois, selon le commandant en chef des Forces démocratiques syriennes

COMBATS Avec le soutien de la coalition internationale antidjihadiste, les Forces démocratiques syriennes vont terminer une opération lancée en septembre pour venir à bout de Daesh... 

20 Minutes avec AFP

— 

Le Groupe Etat islamique a énormément reculé territorialement depuis deux ans.
Le Groupe Etat islamique a énormément reculé territorialement depuis deux ans. — STR/AP/SIPA

D’ici un mois, les djihadistes seront chassés des derniers bastions de leur soi-disant « califat », les opérations militaires contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie prenant fin, a déclaré un haut commandant impliqué dans l’offensive, ce vendredi.

« L’opération de nos forces contre l’EI dans son dernier réduit touche à sa fin et les combattants djihadistes sont désormais cernés dans un secteur », a indiqué Mazloum Kobani, commandant en chef des Forces démocratiques syriennes (FDS). « Nous avons besoin d’un mois pour éliminer ce qu’il reste de l’EI dans ce secteur », a-t-il ajouté.

De nouvelles tactiques de combat utilisées par Daesh

Avec le soutien de la coalition internationale antidjihadiste dirigée par les Etats-Unis, les FDS sont près de terminer une opération lancée le 10 septembre dernier pour venir à bout des djihadistes de l’EI dans leurs bastions de la vallée de l’Euphrate, dans l’est de la Syrie. Quelques centaines de combattants de l’EI sont désormais retranchés dans une poignée de hameaux près de la frontière irakienne qui constituent les dernières poches du « califat » autoproclamé de l’EI en Syrie et en Irak.

« Je pense qu’au cours du prochain mois, nous annoncerons officiellement la fin de la présence militaire de ce soi-disant califat » en Syrie, a complété Mazloum Kobani. Le commandant a expliqué que la bataille avait été compliquée par l’utilisation par l’EI de nouvelles tactiques, comme l’activation de « cellules dormantes, le recrutement secret de combattants et des opérations suicide, des attentats à la bombe et des assassinats ».

Le « califat » affaibli depuis l’offensive de la coalition internationale en 2017

« Nous nous attendons à une intensification de (ce genre) d’opérations de l’EI contre nos forces une fois que nous aurons mis fin à leur présence militaire » dans les derniers restes du « califat », a-t-il souligné.

Le groupe djihadiste qui a revendiqué ces dernières années des attentats meurtriers dans le monde entier, a vu son califat s’écrouler fin 2017 en Irak face à une offensive des forces progouvernementales appuyées par la coalition internationale. Il a également perdu la quasi-totalité de ses territoires en Syrie sous les coups de boutoir du régime syrien, mais surtout des FDS qui ont repris notamment sa « capitale » autoproclamée de Raqqa (nord), avant de le pourchasser dans la province orientale de Deir Ezzor.

L’EI garde des cellules dans le désert syrien

L’EI a perdu la localité de Hajine, dans l’est syrien, en fin d’année dernière et l’effondrement conséquent de sa défense a permis aux FDS, une alliance de forces kurdes et de combattants arabes, de conquérir un village après l’autre.

Mercredi, les FDS se sont emparés de Baghouz, dernier village détenu par l’EI et une contre-attaque des djihadistes a échoué jeudi, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). L’EI garde des cellules dans le désert syrien de Badiya, et a revendiqué des attaques dans les territoires tenus par les Kurdes.