Etats-Unis: Une compagnie aérienne autorise les pourboires pour ses hôtesses de l'air et ses stewards

AVIATION Les hôtesses de l’air et les stewards, les premiers concernés, ne sont pas tous favorables à cette pratique…

Manon Aublanc

— 

Illustration d'un avion en vol.
Illustration d'un avion en vol. — albert22278

Si cette pratique est plutôt rare dans la plupart des avions, la compagnie aérienne américaine Frontier Airlines autorise, depuis le 1er janvier dernier, ses hôtesses de l’air et ses stewards à recevoir des pourboires individuels, lorsqu’ils vendent des prestations à bord de l’avion, rapportent Les Echos, ce jeudi.

Si la compagnie aérienne autorise depuis trois ans les pourboires, ils étaient jusque-là collectifs. L’argent récolté lors de la vente de boissons, de nourriture ou de prestations de vol était redistribué entre les membres du personnel de bord. Depuis le 1er janvier, les pourboires sont désormais individuels. Ces derniers sont collectés via un bouton « pourboire » qui apparaît sur le terminal de paiement de l’hôtesse ou du steward, qui peut ensuite le récupérer.

« La mission est de faire respecter la sécurité et le calme en cabine »

Une exception dans le secteur aérien, où la plupart des compagnies refusent les pourboires pour son personnel de vol. Et les hôtesses de l’air et les stewards, les premiers concernés, ne sont pas tous favorables à cette pratique.

Si certains y voient un complément de rémunération, d’autres estiment que la pratique est dégradante et qu’elle pourrait encourager le harcèlement sexuel à bord des appareils : « Nous ne voulons pas que des gens dont la mission est de faire respecter la sécurité et le calme en cabine aient le sentiment que leur rémunération dépend de la satisfaction des passagers pour de mauvaises raisons », a expliqué Sara Nelson, du syndicat des personnels de bord au Wall Street Journal.

Le personnel de bord désavantagé en fonction des destinations et des horaires

Au sein de la compagnie Frontier Airlines, une partie des salariés se dit favorable aux pourboires, pour compléter leurs revenus, tandis que l’autre estime que le métier de personnel de bord ne consiste pas à vendre des boissons ou de la nourriture, a précisé la déléguée syndicale au quotidien américain. Cette dernière craint, qu’à terme, ces pourboires remplacent une partie des salaires du personnel de bord, qui n’a pas augmenté depuis trois ans.

De son côté, la compagnie aérienne affirme que ces pourboires ont rapporté « des millions de dollars ». Autre argument du syndicat, les hôtesses de l’air et les stewards seraient désavantagés entre eux : les pourboires seraient plus élevés sur les vols desservant des destinations de vacances plus chères, et les vols de nuit rapporteraient beaucoup moins.