Affaire Carlos Ghosn: Le PDG de Renault promet de rester au Japon s'il est libéré sous caution

JAPON Le tribunal de Tokyo doit examiner dans la journée de lundi la demande de Carlos Ghosn,  alors que les précédentes ont été rejetées au motif du risque de fuite...

20 Minutes avec AFP

— 

Carlos Ghosn, le 20 avril 2018 à Hong Kong.
Carlos Ghosn, le 20 avril 2018 à Hong Kong. — Kin Cheung/AP/SIPA

Il s’engage à respecter « toutes les conditions demandées par le tribunal ». Carlos Ghosn, détenu depuis deux mois à Tokyo, a promis lundi de rester au Japon si on lui accordait la liberté sous caution, tout en proclamant de nouveau son innocence.

Le tribunal de Tokyo doit examiner dans la journée de lundi la demande de Carlos Ghosn, inculpé pour abus de confiance et autres malversations financières. Ses précédentes demandes de mise en liberté ont été rejetées au motif du risque de fuite.

 

« J’ai hâte de défendre ma réputation devant le tribunal »

Détenu depuis 64 jours « sans libération en vue », il s’engage, dans un communiqué publié par ses représentants basés aux Etats-Unis, à assister à tout procès qui pourrait s’ensuivre « non seulement parce que j’y suis obligé juridiquement, mais parce que je suis désireux d’avoir enfin l’opportunité de me défendre ». « Je ne suis pas coupable des accusations qui pèsent contre moi et j’ai hâte de défendre ma réputation devant le tribunal », conclut-il dans son communiqué.

Interpellé à la descente de son jet privé au Japon le 19 novembre, Carlos Ghosn a été inculpé pour abus de confiance et autres malversations financières. Lors d’une première comparution publique le 8 janvier, lors de laquelle il est apparu amaigri, il s’est dit accusé à tort et a affirmé avoir « toujours agi avec intégrité ».