L'ex-avocat de Trump a payé pour truquer des sondages avant les primaires

ETATS-UNIS Apparemment, la tentative de Michael Cohen n'a pas eu beaucoup de succès...

P.B. avec AFP

— 

Donald Trump et son ancien avocat, Michael Cohen.
Donald Trump et son ancien avocat, Michael Cohen. — NICHOLAS KAMM, MARK WILSON / AFP / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Avant qu’il ne se lance dans la campagne, Donald Trump faisait partie d’une vingtaine de candidats potentiels à la primaire républicaine. Pour booster sa visibilité, son ex-avocat Michael Cohen a payé une entreprise pour truquer deux sondages Internet en 2015, a révélé le Wall Street Journal ce jeudi. Dans la foulée, l’avocat a confirmé mais il affirme avoir agi « à la demande et pour le seul compte de Donald Trump ».

https://twitter.com/MichaelCohen212/status/1085900900835778560

Michael Cohen a versé entre 12.000 et 13.000 dollars à un collaborateur du leader évangélique Jerry Falwell Jr., fervent partisan du magnat new-yorkais. Une entreprise Internet, RedFinch Solutions, a tenté de manipuler deux sondages Internet pour CNBC et le site conservateur Drudge Report, apparemment sans succès. Plus surprenant, un compte Twitter @WomenForCohen vantant la virilité et son utilité à Donald Trump a également été créé.

Cohen va témoigner le 7 février

Cohen, condamné en décembre à trois ans de prison pour avoir notamment acheté le silence d’ex-maîtresses présumées de Donald Trump en violation des lois sur le financement des campagnes électorales, a regretté sa « loyauté aveugle pour un homme qui ne la méritait pas ». Les révélations du Wall Street Journal étaient visiblement connues des enquêteurs, et ne devraient pas lui valoir de nouvelles poursuites judiciaires.

Avant de commencer à purger sa peine de prison en mars, l’ex-avocat, devenu l’un des témoins à charge les plus dangereux pour le président au coeur de plusieurs enquêtes judiciaires, doit témoigner au Congrès américain le 7 février, une audition en commission très attendue par la nouvelle majorité démocrate à la Chambre des représentants.