Le «copain» Obama rend visite à Nicolas Sarkozy

ETATS-UNIS Entre une visite remarquée en Allemagne et un dîner en Grande-Bretagne...

V.G. (avec agence)
— 
Les deux candidats à la Maison Blanche, le démocrate Barack Obama et le républicain John McCain, ont fait entendre leurs différences mardi sur l'Irak et l'Afghanistan chacun entendant prouver qu'il possédait les qualités nécessaires pour devenir le prochain commandant-en-chef.
Les deux candidats à la Maison Blanche, le démocrate Barack Obama et le républicain John McCain, ont fait entendre leurs différences mardi sur l'Irak et l'Afghanistan chacun entendant prouver qu'il possédait les qualités nécessaires pour devenir le prochain commandant-en-chef. — Karen Bleier AFP

La France n'est pas la priorité de Barack Obama mais entre une visite remarquée en Allemagne et un dîner en Grande-Bretagne, le candidat démocrate à la Maison-Blanche fait ce vendredi une petite halte à Paris. Juste le temps pour Nicolas Sarkozy de s'afficher au côté de la nouvelle star de la politique américaine.

Barack Obama et Nicolas Sarkozy s'entretiendront en tête-à-tête pendant une heure avant de faire une conférence de presse commune vers 17h30. Vous pourrez bien sûr suivre cet événement en direct sur 20minutes.fr.

«Je suis le seul Français à le connaître»

«Obama? C'est mon copain», a affirmé Nicolas Sarkozy au «Figaro». «Contrairement à mes conseillers de la cellule diplomatique, je n'ai jamais cru dans les chances d'Hillary Clinton. J'ai toujours cru qu'Obama serait désigné», assure le président.

«Je suis le seul Français à le connaître», se félicite par ailleurs Nicolas Sarkozy, qui avait rencontré Barack Obama pour la première fois en 2006, au Congrès à Washington, et a gardé «un très bon souvenir» de sa rencontre. Le candidat républicain, John McCain, avait été reçu à l'Elysée au printemps dernier.

Et vous, qu'en pensez-vous d'Obama et de sa relation avec la France et Nicolas Sarkozy, dites-le nous ci-dessous...

Participatif

Pour lire ce qu'en disent les blogs de 20minutes.fr, cliquez ici et pour lire ce qu'en dit Patrick Lozès, cliquez ici