Le clonage est mauvais pour la santé des animaux

CLONAGE La nourriture clonée ne présente pas de risque...

K.G avec agence

— 

Près de 2,5 tonnes de viande possiblement contaminée par la bactérie E. Coli ont été vendues début mars dans des magasins Carrefour, Déli et Monoprix en région parisienne, dans l'Ouest et le Nord, ont indiqué mardi les services vétérinaires de la Manche.
Près de 2,5 tonnes de viande possiblement contaminée par la bactérie E. Coli ont été vendues début mars dans des magasins Carrefour, Déli et Monoprix en région parisienne, dans l'Ouest et le Nord, ont indiqué mardi les services vétérinaires de la Manche. — Mychele Daniau AFP/Archives

Le clonage poserait de réels problèmes pour la santé et le bien-être des animaux, mais la consommation de bœuf ou de porc clonés ne présenterait pas de danger particulier. Ce sont les conclusions d’un avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), une organisation indépendante chargée de donner des avis scientifiques à la Commission.

Cet avis intervient alors que la Commission européenne réfléchit à une éventuelle commercialisation d’aliments provenant d’animaux clonés. La Commission a d’ailleurs immédiatement réagi: «Notre réaction très préliminaire à ce rapport est qu'il entraîne des préoccupations accrues à propos de la santé et du bien-être des animaux.»

Avant de prendre une décision, Bruxelles va attendre les résultats d’un sondage auprès des citoyens de l’UE, attendus à l’automne. Les Européens sont traditionnellement très sceptiques sur ce genre de sujet.

Le bœuf et le porc sont les seules espèces considérées pour la nourriture clonée car elles disposent de données d’études «adéquates».

Des données limitées

L’autorité tempère toutefois ses conclusions jugeant que «des incertitudes sur l'analyse des risques se présentent en raison du nombre limité des études disponibles, des petits échantillons étudiés.»

En janvier, un comité d’éthique européen avait déjà émis un avis critique sur la nourriture clonée. L’agence américaine de réglementation des produits alimentaires (FDA) avait, elle, donné son feu vert pour sa commercialisation le 15 janvier.