Japon: Des retraités se font arrêter pour profiter du «confort» de la prison

PRÉCARITÉ En prison, ces seniors bénéficient d'un encadrement médical et social et d'un confort minimum...

20 Minutes avec agence

— 

Un couloir de prison (illustration)
Un couloir de prison (illustration) — UGO AMEZ/SIPA

Les personnes de plus de 65 ans sont de plus en plus nombreuses en prison au Japon. S’ils ne représentaient que 5,8 % de la population carcérale en 2000, ils étaient 21,1 % en 2017.

Une hausse de la délinquance des retraités qui cache une autre réalité : la volonté d’échapper à la solitude et à la précarité. Les personnes âgées préfèrent alors se retrouver dans des établissements pénitentiaires où ils sont en sécurité, entourés et soignés, rapporte Le Monde.

« Il a chaud, il est nourri, on s’occupe de lui »

Face à des conditions de vie et un pouvoir d’achat dégradés, certains retraités n’hésitent pas à commettre de petits vols ou délits mineurs. « En prison, il a chaud, il est nourri et s’il est malade, on s’occupe de lui », raconte un senior japonais, à propos d’un ami, au quotidien français. « Comme il est récidiviste, il en a pris pour deux ans… Un jour il faudra peut-être que je fasse comme lui. »

Le phénomène, apparu il y a une dizaine d’années, va en s’amplifiant. Et ce vieillissement de la population carcérale modifie le quotidien derrière les barreaux. Ces détenus d’un nouveau genre « entendent mal et tardent à exécuter les ordres », décrit le journaliste du Monde. Incontinence, mobilité​, beaucoup nécessitent une aide au quotidien pour se nourrir ou se lever. Donc des charges supplémentaires pour les prisons.