VIDEO. Espagne: Première preuve de la présence du petit garçon bloqué dans un puits

SAUVETAGE Les autorités creusent actuellement deux tunnels, l’un parallèle au puits et un autre en direction oblique pour tenter d’atteindre l’endroit où se trouverait l’enfant bloqué depuis dimanche...

Manon Aublanc

— 

Les recherches continuent pour tenter de retrouver le petit garçon de 2 ans tombé dans un puits à Totalan près de Malaga, le 13 janvier 2018.
Les recherches continuent pour tenter de retrouver le petit garçon de 2 ans tombé dans un puits à Totalan près de Malaga, le 13 janvier 2018. — Daniel Perez/EFE/SIPA

Une lueur d’espoir pour la famille du petit garçon bloqué, depuis dimanche, dans un puits en Espagne. Des cheveux du garçonnet, âgé de deux ans, ont été retrouvés et identifiés, alimentant l’espoir de le retrouver, ont annoncé les autorités du pays, ce mercredi.

« On a trouvé un peu de cheveux [dans le puits] et les tests d’ADN réalisés par la Garde civile, certifient qu’ils appartiennent à l’enfant », a expliqué le préfet d’Andalousie, Alfonso Rodriguez Gomez. Il s’agit de la première preuve de la présence de l’enfant dans ce puits de 25 centimètres de diamètre et d’environ 100 mètres de profondeur, à Totalan, village proche de Malaga dans le sud de l'Espagne.

 

« Il y a un espoir de vie mais il diminue à chaque minute qui passe »

« On voit un peu de lumière », a réagi José, le père du petit Julen, ajoutant que lui et la mère de l’enfant se sentaient « morts, mais avec l’espoir d’avoir un ange qui nous aide à le sortir vivant ». « On dirait que ça dure depuis des mois », a-t-il déclaré à la presse. Mais les autorités restent dans l’incapacité de dire si l’enfant est vivant ou pas. « Il y a un espoir de vie mais il diminue à chaque minute qui passe », avait souligné Miguel Ángel Escaño, le maire de Totalan.

Afin de retrouver Julen, les autorités creusent deux tunnels, l’un parallèle au puits et un autre en direction oblique pour tenter d’atteindre l’endroit où se trouverait l’enfant. L’opération, inédite par sa difficulté selon les autorités, pourrait prendre de 24 à 48 heures. Neuf entreprises publiques et privées participent aux recherches. Parmi elles, une compagnie suédoise de géolocalisation qui avait participé en 2010 au sauvetage de 33 mineurs chiliens au bout de 69 jours sous terre.