Nicolas Sarkozy dit respecter «le résultat du référendum irlandais»

EUROPE Le président français est à Dublin pour discuter des raisons du rejet irlandais du traité de Lisbonne...

Avec agence

— 

Le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy, qui assure la présidence de l'Union européenne, se rend à Dublin lundi pour des discussions sur la façon de progresser après le rejet par les Irlandais du traité européen.
Le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy, qui assure la présidence de l'Union européenne, se rend à Dublin lundi pour des discussions sur la façon de progresser après le rejet par les Irlandais du traité européen. — Ho AFP/Archives

Le président français Nicolas Sarkozy, en «visite d'écoute» lundi à Dublin, après le rejet irlandais du traité de Lisbonne, a assuré lundi que l'Union européenne ne voulait «pas imposer» une solution à l'Irlande. Il a ainsi démenti avoir souhaité la tenue d'un second vote.

Lors d'un entretien avec le Premier ministre Brian Cowen, il «a confirmé», «qu'il respectait le résultat du référendum irlandais», selon l'Elysée.
«Mais il s'est félicité de constater que le processus de ratification se poursuivait dans les autres Etats membres» de l'Union européenne, ajoute le communiqué de la présidence française, soulignant que Nicolas Sarkozy «a exprimé son attachement au traité de Lisbonne».

Accueilli par plus d'un millier de manifestants

Le chef de l'Etat français, également président en exercice du Conseil européen, a effectué une courte visite de quelques heures à Dublin. Il a été accueilli à son arrivée par plus d'un millier de manifestants, la moitié d'entre eux lui disant «merci» pour sa position de fermeté sur la question de la libéralisation du commerce mondial, l'autre moitié dénonçant les propos qu'il avait tenus la semaine dernière, selon lesquels les Irlandais devraient «revoter».

Après son entretien avec Brian Cowen, Nicolas Sarkozy devait rencontrer des représentants des camps du «oui» et du «non» à la résidence de l'ambassadeur de France à Dublin.