Brésil: Jair Bolsonaro s'apprête à assouplir les règles sur la détention d'armes

DECRET Selon une source ministérielle, le décret devrait entrer en vigueur dès sa signature, sans avoir à être approuvé par le Parlement…

20 Minutes avec AFP

— 

Jair Bolsonaro, le 20 novembre 2018.
Jair Bolsonaro, le 20 novembre 2018. — Eraldo Peres/AP/SIPA

Alors que le Brésil est déjà considéré comme l’un des pays les plus dangereux du monde, le nouveau président d’extrême droite, Jair Bolsonaro, doit signer, ce mardi, un décret assouplissant les règles sur la détention d’armes, une promesse-phare de sa campagne.

« Le décret sera signé au cours d’une cérémonie au palais présidentiel de Planalto », a annoncé le service de communication du chef du gouvernement Onyx Lorenzoni. Selon une source ministérielle, le décret devrait entrer en vigueur dès sa signature, sans avoir à être approuvé par le Parlement.

La validité du permis de détention d’armes portée de cinq à dix ans

Peu de détails ont filtré sur le contenu du décret, mais l’objectif est d’assouplir le « statut du désarmement » de 2003, qui dresse de nombreuses barrières administratives à la détention d’armes. La validité du permis de détention d’armes pourrait être portée de cinq à dix ans, selon la presse brésilienne.

Actuellement, pour être autorisé à posséder une arme à son domicile, il faut avoir au moins 25 ans, un casier judiciaire vierge et passer avec succès des tests psychologique et d’aptitude au tir. Il faut en principe justifier la nécessité d’une arme pour se défendre, mais chasseurs, tireurs sportifs ou collectionneurs peuvent obtenir une dérogation auprès de l’armée.

Le port d’armes bientôt étendu aux chauffeurs routiers ?

Le décret ne devrait porter que sur la détention d’armes et non le port d’armes en dehors du domicile, même si le président Bolsonaro s’est exprimé à plusieurs reprises en faveur de ce dernier, notamment pour les chauffeurs routiers, régulièrement victimes d’attaques armées. Le port d’armes est actuellement réservé aux militaires, aux policiers et au personnel travaillant dans la sécurité, publique ou privée.

Ex-capitaine de l’armée, Jair Bolsonaro, 63 ans, a promis pendant sa campagne électorale de faciliter l’accès aux armes des « gens bien ». Avec un assouplissement des règles sur la détention d’armes, « vous pouvez être sûr que la violence va chuter », a affirmé le président la semaine dernière, dans un entretien avec la chaîne de télévision SBT.

Près de 175 homicides par jour au Brésil

Selon lui, dans des pays comme les Etats-Unis, l’Allemagne, la Norvège et la Suisse, « il y a des armes à feu dans presque toutes les maisons », mais avec un taux d’homicide bien moindre que celui du Brésil.

Le plus grand pays d’Amérique Latine, qui compte près de 210 millions d’habitants, est un des plus violents du monde, avec 63.880 homicides par an, soit 175 par jour en moyenne. Le taux d’homicide est de 30,8 pour 100.000 habitants, trois fois supérieur à celui de 10 pour 100.000 considéré par l’Onu comme le seuil de violence endémique.