Israël: Des chrétiens offusqués par une sculpture de Ronald McDonald's crucifié dans un musée

ART De violents affrontements ont éclaté devant le Musée d'Art contemporain de Haïfa, faisant plusieurs blessés...  

20 Minutes avec agence

— 

Une personne déguisée en Ronald McDonald (illustration).
Une personne déguisée en Ronald McDonald (illustration). — Andres Kudacki/AP/SIPA

Plusieurs centaines de chrétiens ont violemment manifesté ce vendredi devant le Musée d’Art contemporain d’Haïfa (Israël). Ils entendaient protester contre une œuvre d’art intitulée Mc Jesus, représentant un Ronald McDonald’s crucifié, cloué sur une épaisse croix de bois.

Très remontés, les manifestants ont tenté d’enfoncer les portes du musée pour décrocher l’œuvre. Plusieurs incidents violents ont éclaté avec les forces de l’ordre. Trois policiers ont été blessés à la tête par des jets de pierre, rapporte Le Figaro.

Le musée refuse de retirer l’œuvre

Mc Jesus qui met en scène l’égérie de la chaîne de fast-food américain McDonald’s, est signé Jani Leinone, un artiste finlandais connu pour ses détournements d’images et de stratégies de marques. L’œuvre d’art s’inscrit dans le cadre d’une exposition baptisée Sacred Goods, consacrée à la sacralisation des biens de consommation.

Face au tollé provoqué par l’exposition, la ministre israélienne de la Culture a demandé au directeur général des Musées d’Haïfa de retirer l’œuvre d'art. « Le mépris des symboles sacrés et de nombreux croyants […] est illégitime et ne peut être affiché dans une institution culturelle soutenue par des fonds publics », indique son courrier. La ministre assure avoir reçu plusieurs plaintes pour « offense grave aux sentiments de la communauté chrétienne ».

Mais le musée d’Haïfa refuse de céder aux pressions. La direction de l’établissement affirme que le débat sur l’art « ne doit pas sombrer dans la violence ». Pour elle, Mc Jesusfait partie d’une exposition sur le consumérisme qui « fait référence à l’utilisation cynique des symboles religieux par les multinationales ». Le musée a toutefois décidé de placer des panneaux d’avertissement à l’entrée de l’exposition.