Maddie: Robert Murat reçoit 750.000 euros de réparations des médias

JUSTICE Le Britannique était l'un des suspects de la disparition de la fillette. Il accusait les journaux de diffamation...

avec agence
— 
Les policiers portugais chargés de l'enquête sur la disparition de la fillette britannique Maddie, début mai dans le sud du pays ont inspecté lundi plusieurs véhicules appartenant au principal suspect et à ses proches.
Les policiers portugais chargés de l'enquête sur la disparition de la fillette britannique Maddie, début mai dans le sud du pays ont inspecté lundi plusieurs véhicules appartenant au principal suspect et à ses proches. — Francisco Leong AFP

Le Britannique Robert Murat, premier mis en examen dans l'enquête sur la disparition de la jeune Madeleine McCann, a obtenu 600.000 livres (750.000 euros) de réparations de plusieurs médias, a indiqué son avocat jeudi.


>>> Retrouvez notre dossier sur l’affaire Maddie


Il a conclu un accord à l'amiable, validé par la Haute cour de Londres, jeudi, avec les onze journaux qu'il poursuivait en diffamation. Longtemps suspecté d’avoir joué un rôle dans la disparition de Maddie, Robert Murat a été l'objet de l'attention intense de la presse, qui a épluché toute sa vie et son passé. «Les journaux dans cette affaire ont provoqué une destruction totale et complète de ma vie et de celle de ma famille, et causé une immense douleur», a-t-il dénoncé devant la cour. Certains journaux avaient suggéré que Murat et deux de ses proches avaient des tendances pédophiles.


Dans cet accord, «les défendeurs ont reconnu en particulier qu'aucun des plaignants n'avait un quelconque lien avec l'enlèvement de Madeleine McCann». Ils ont retiré leurs allégations de pédophilie, a indiqué l'avocat de Robert Murat, Louis Charalambous.


En mars, le couple McCann, également suspecté par la police portugaise d’avoir fait disparaître leur fille, avait également reçu des dommages et intérêts de la part de la presse britannique.