Allemagne: Un nouveau parti d'extrême-droite choisit comme emblème un ancien symbole nazi

POLÉMIQUE Le fondateur de ce nouveau parti avait dû démissionner de l’AfD après un discours très raciste envers les immigrés turcs…

20 Minutes avec agence

— 

Le bleuet, un symbole autrefois utilisé par les nazis pour se reconnaître entre eux.
Le bleuet, un symbole autrefois utilisé par les nazis pour se reconnaître entre eux. — Capture d'écran Facebook/Andre Poggenburg

Une inspiration qui fait polémique. Un nouveau parti politique d’extrême droite a dévoilé ce vendredi en Allemagne son nouveau logo. Problème : l’emblème reprend un visuel emprunté à l’héritage nazi.

L’Aufbruch der Deutschen Patrioten (le Réveil des patriotes allemands), fondé par un ancien membre de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne), a choisi comme symbole le bleuet. Soit une fleur utilisée comme symbole secret par les nazis dans les années 1930, rapporte The Guardian.

Un symbole complexe

À cette époque, en Autriche, « la petite fleur bleue était utilisée comme symbole secret par les national-socialistes, alors interdits », précise le quotidien britannique. L’emblème a duré jusqu’à l’arrivée du parti nazi au pouvoir en Allemagne l’annexion de l’Autriche en 1938.

« Le bleuet est un symbole compliqué. C’était la fleur préférée de l’empereur Guillaume II », expliquait Bernhard Weidinger, historien autrichien, à la BBC en 2016. « Vous n’êtes pas  un néonazi juste parce que vous portez un bleuet », mais utiliser ce symbole « cultive une certaine ambivalence quand on parle du passé. »

Slogan nazi et discours raciste

Andre Poggenburg, le fondateur du parti, est un habitué des polémiques et scandales du genre. L’ancien chef régional de l’AfD s’était déjà fait remarquer en 2017 après avoir envoyé sur WhatsApp le slogan nazi « L’Allemagne aux Allemands » aux autres membres du parti.

L’homme politique d’extrême-droite a été contraint de démission de son ancien parti en mars 2018, après avoir prononcé un discours raciste envers les immigrés turcs. Ceux-ci étant décrits comme des « conducteurs de chameaux » qui devraient retourner à « leur hutte en terre et leur polygamie ».