Etats-Unis: Aéroports, santé, police... Les conséquences du shutdown sur la sécurité

IMPASSE La crise budgétaire va devenir samedi la plus longue de l'histoire américaine, et aucune issue ne semble pour l'instant en vue...

P.B.

— 

Avec le «shutdown», les files d'attente aux points de contrôle s'allongent et l'aéroport de Miami a dû fermer un terminal, le 11 janvier 2019.
Avec le «shutdown», les files d'attente aux points de contrôle s'allongent et l'aéroport de Miami a dû fermer un terminal, le 11 janvier 2019. — Seth Wenig/AP/SIPA

21 jours. Vendredi, le shutdown qui paralyse une partie de l’administration américaine a égalé le record de 1995 sous Bill Clinton. Samedi, il va devenir le plus long de l’histoire. Alors que plusieurs ministères tournent au ralenti, avec 800.000 fonctionnaires en congés sans solde ou qui travaillent sans être payés, les conséquences sur la sécurité commencent à se faire sentir. Les négociations bloquent toujours sur le financement du mur souhaité par Donald Trump, qui a indiqué vendredi qu’il ne comptait pas passer en force « si vite » en déclarant l’urgence nationale.

La sécurité du transport aérien en question

Vendredi, l’aéroport de Miami a été contraint de fermer un terminal car il n’y avait pas assez d’employés. Parce ce que le transport aérien est un secteur critique, 10.000 contrôleurs et 51.000 employés de la TSA, qui assurent les contrôles des passagers, ont été réquisitionnés et travaillent depuis Noël sans être payés, avec des journées qui peuvent atteindre 10 heures. Du coup, le taux d’absentéisme et d’arrêt maladie est monté en flèche. L’Association du personnel navigant (AFA) a, elle, mis en garde contre les « failles dans notre sécurité » dont pourraient profiter « ceux qui considèrent les Etats-Unis et leurs citoyens comme leurs ennemis », les annulations de vols ou les longues queues aux postes de contrôle.

Moins de contrôles sanitaires

Les agences pour l’Environnement et la Food and Drug Administration sont frappées de plein fouet par le shutdown. La FDA n’a plus le personnel nécessaire pour effectuer des contrôles de routine sur les fruits et les légumes. Inquiétant, alors qu’il y a deux mois, une vaste épidémie liée à la bactérie e.coli avait contaminé la laitue romaine dans plusieurs Etats américains. La FDA continue toutefois les contrôles sur la viande, jugés critiques.

Le FBI touché, une « menace pour la sécurité nationale »

La police locale continue de fonctionner, car elle dépend des Etats, mais la police fédérale est touchée par le shutdown. Sur les 35.000 employés du FBI, 5.000 (agents, analystes, avocats) ont été placés en congés sans solde et le reste travaillent sans être payés. Certaines enquêtes non urgentes ont été mises en pause et des indics ne peuvent pas être rémunérés. « Les incertitudes financières auxquelles nous faisons face représentent une menace pour la sécurité nationale », a déclaré le porte-parole de l’Association des agents du FBI, Tom O’Connor.

Pas de sortie de crise en vue

Donald Trump réclame toujours 5,7 milliards de dollars pour son mur, et les démocrates refusent catégoriquement. Alors que les négociations sont dans l’impasse, le président américain a affirmé vendredi qu’il ne déclarerait pas « si vite » la procédure d’urgence nationale qui lui permettrait de réquisitionner ces fonds. Il s’agit de l’option nucléaire, car elle serait suivie de recours en justice qui pourraient aller jusqu’à la Cour suprême. Le chaos pourrait continuer un moment : selon le Wall Street Journal, le ministère du Budget a pris des dispositions au cas où le shutdown durerait jusqu’en février.