L'avocate russe de la rencontre à la Trump Tower inculpée dans une autre affaire

ETATS-UNIS L'acte d'accusation met en évidence des liens entre l'avocate et Moscou...

P.B. avec AFP

— 

L'avocate russe Natalia Veselnitskaya.
L'avocate russe Natalia Veselnitskaya. — Yury Martyanov/AP/SIPA

Moscou avait juré n’avoir « jamais entendu parler » de Natalia Veselnitskaya. Mardi, le parquet de Manhattan a annoncé que l’avocate russe qui avait rencontré plusieurs membres de l’équipe de campagne de Donald Trump à la Trump Tower en 2016 avait été inculpée dans une autre affaire pour obstruction à la Justice. Au passage, l’acte d’accusation révèle des liens étroits entre Natalia Veselnitskaya et le pouvoir russe, ce qui pourrait être problématique pour le fils du président américain. Avant de participer à la rencontre, Donald Trump Jr avait en effet échangé des emails avec un intermédiaire qui promettait des informations compromettantes sur Hillary Clinton.

Natalia Veselnitskaya a été inculpée pour avoir fabriqué, avec la collaboration d’un responsable du Parquet général russe, des documents disculpant certains de ses clients, mis en cause par la justice américaine. Ils étaient accusés d’avoir blanchi plus de 200 millions de dollars provenant d’un mécanisme de détournement de fonds issus de l’administration fiscale russe, en les investissant dans de l’immobilier aux Etats-Unis.

En fuite ?

Sollicité par l’AFP, un porte-parole du procureur fédéral de Manhattan a indiqué que Natalia Veselnitskaya n’était « pas en détention et probablement pas sur le territoire américain », donc en fuite. Si le dossier n’est pas lié à la rencontre de la Trump Tower, les liens entre l’avocat et Moscou devraient intéresser le procureur Robert Mueller, qui enquête sur une éventuelle collusion entre le pouvoir russe et la campagne du président américain.

La rencontre avait été organisée à l’initiative du fils d’un oligarque russe, Emin Agalarov, via le promoteur britannique Rob Goldstone. Ce dernier affirmait que l’avocate disposait d'« informations compromettantes sur Hillary Clinton » obtenues « dans le cadre du soutien de la Russie et de son gouvernement à Mr Trump ». Réponse de Donald Trump Jr : « Si c’est bien ce que vous dites, j’adore, particulièrement plus tard cet été. »

Un appel téléphonique vers un numéro caché

Depuis, les Trump affirment que cette rencontre n’a rien donné, l’avocate étant, en fait, venue parler, selon eux, de l’épineux dossier des adoptions entre la Russie et les Etats-Unis. Donald Trump assure qu’il n’a appris l’existence de cette rencontre que plus tard, même si la Maison Blanche a reconnu que le président américain avait « donné son avis » pour aider à rédiger la réponse trompeuse envoyée par son fils au New York Times.

Lors de son audition au Congrès, des élus avaient interrogé Donald Trump Jr sur des appels téléphoniques passés vers un numéro caché juste avant et après la rencontre. Avec qui s’est-il entretenu ? L’intéressé a d’abord juré que ce n’était pas avec son père, avant de changer sa version en « Je ne me souviens pas ». Maintenant qu’ils ont repris le contrôle de la Chambre des représentants, les démocrates vont pouvoir réquisitionner les relevés téléphoniques auprès de l’opérateur pour tenter de démasquer le mystérieux interlocuteur.