Après la crise, le Kenya lance un appel aux touristes

Envoyée spéciale au Kenya, Faustine Vincent - ©2008 20 minutes

— 

Le Kenya a dégainé son plan rouge pour faire revenir les touristes. Le ministre du Tourisme, Najib Balala, a fait étape la semaine dernière en France. Sa mission : inciter les vacanciers à se rendre dans le pays, déserté après les violences post-électorales en janvier et février derniers. Le message, répété depuis mars par une cellule de crise, de l'Allemagne au Japon en passant par les Etats-Unis, tient en quelques mots : « Tout va mieux, revenez. » Il y a urgence, tant les émeutes ont affecté le secteur. Troisième source de devises du pays, le tourisme avait atteint son record en 2007 en rapportant 675 millions d'euros pour 1,8 million de visiteurs (+ 9 % par rapport à 2006). Il représentait alors 12 % du PIB et 10 % des emplois. Mais au plus fort de la crise - déclenchée par la réélection contestée du président Mwai Kibaki à la présidentielle du 27 décembre -, vols, hôtels et safaris ont été annulés à 90 %, entraînant la perte de 100 000 emplois. Or, « l'apport du tourisme est crucial pour le Kenya », rappelle Jean-Pierre Marcelli, directeur régional de l'Agence française de développement. Considéré comme un secteur porteur d'avenir à l'horizon 2030, il est l'un des fers de lance du développement du pays.

Dès la signature d'un accord de sortie de crise à la fin février entre Kibaki et son opposant, Raila Odinga, Nairobi est donc reparti à l'assaut du tourisme, cassant les prix et multipliant les actions de promotion, qui ont culminé avec l'invitation début avril de 200 journalistes de 24 pays dans des sites touristiques. En tout, le gouvernement compte dépenser deux millions d'euros pour ces actions promotionnelles. Mais le Kenya Tourist Board en espère 15 millions. L'Union européenne est venue à la rescousse en accordant une subvention de 6,25 millions d'euros au secteur. La veille de la visite de Najib Balala, l'ambassadrice de France au Kenya a elle aussi joué les VRP, vantant sur le site de l'ambassade « les beautés naturelles du Kenya » qui « méritent aujourd'hui plus que jamais votre visite, le calme étant largement revenu sur l'ensemble du territoire ».