VIDEO. Affaire Carlos Ghosn: Le PDG de Renault pourrait rester en détention jusqu'à son procès

PRISON L'avocat de Carlos Ghosn, Motonari Otsuru, a annoncé qu’il allait « répéter les demandes de mise en liberté sous caution »... 

20 Minutes avec AFP

— 

Un homme passe devant un écran qui retransmet les informations sur l'arrestation de Carlos Ghosn à Tokyo.
Un homme passe devant un écran qui retransmet les informations sur l'arrestation de Carlos Ghosn à Tokyo. — AFP

Alors que son procès ne doit débuter que dans plusieurs mois, Carlos Ghosn, arrêté au Japon le 19 novembre dernier, pourrait rester en détention jusque-là, a confié son avocat, Motonari Otsuru, ce mardi, annonçant qu’il allait « répéter les demandes de mise en liberté sous caution ».

« De manière générale, dans les cas de déni total des accusations d’abus de confiance, la libération sous caution n’est le plus souvent pas approuvée jusqu’à l’ouverture du procès », a déclaré Motonari Otsuru, précisant « avoir fait part de ses inquiétudes sur ce point à M. Ghosn qui s’est dit très ennuyé ». De plus, un délai de six mois au moins pourrait être nécessaire avant d’en arriver au procès.

Carlos Ghosn, obligé de signer des documents en japonais pour être libéré ?

En revanche, l’avocat a démenti les propos du fils du PDG de Renault au Journal du Dimanche, selon lesquels la signature d’aveux en japonais, une langue qu’il ne comprend pas, serait la condition pour permettre à Carlos Ghosn d’être relâché.

« Il doit y avoir un malentendu lié à un manque de confiance dans la traduction, mais tous les documents présentés à M. Ghosn lors des interrogatoires lui sont traduits mot à mot et ligne par ligne en anglais, des inspecteurs anglophones sont présents et tout est enregistré et filmé sur disque optique Blu-Ray, de sorte que même s’il y a un doute sur l’interprétation cela peut être vérifié », a détaillé l’avocat.

Les conditions de détention de Carlos Ghosn améliorées

Motonari Otsuru a en outre confirmé que Carlos Ghosn avait été déplacé dans une « pièce » plus spacieuse depuis plusieurs semaines et bénéficiait d’un lit occidental au lieu d’un futon posé sur le sol, assurant qu’il ne connaissait pas les autres conditions précises de sa détention.

« M. Ghosn est quelqu’un de très serein, rationnel qui utilise pleinement de façon efficace les quelque 2h30 que l’on passe ensemble régulièrement depuis 50 jours, il ne nous parle pas de son lit, des règles qui lui sont imposées, ni de tout cela, il se concentre sur le fond de l’affaire », a insisté Motonari Otsuru.

Carlos Ghosn pourrait être inculpé pour abus de confiance

S’agissant de ce qui pourrait se produire vendredi, échéance de l’actuelle garde à vue résultant d’un troisième mandat d’arrêt, Motonari Otsuru a indiqué « ne pas savoir » si Carlos Ghosn sera inculpé ou non pour l’abus de confiance dont il est soupçonné, mais « penser qu’en toute logique, il le sera, car c’est le cas habituellement ».

La possibilité qu’il fasse l’objet d’un quatrième mandat d’arrêt n’est pas exclue, selon lui : « cela relève de la décision des procureurs ». Légalement, il n’y a pas de limite au nombre de mandats d’arrêt successifs et chacun d’eux ouvre une nouvelle période de garde à vue qui peut durer jusqu’à 22 jours. Une mise en liberté sous caution ne peut intervenir qu’à l’issue d’une garde à vue pour mettre fin à une détention provisoire.