Etats-Unis: Une nouvelle élue démocrate promet de destituer Donald Trump

CONGRES Rashida Tlaib, une ancienne avocate de 42 ans, avait fait de la destitution du 45e président des Etats-Unis l'un de ses arguments de campagne dans le Michigan...

20 Minutes avec AFP

— 

Rashida Tlaib a été élue au Congrès américain, le 3 janvier 2019.
Rashida Tlaib a été élue au Congrès américain, le 3 janvier 2019. — SAUL LOEB / AFP

Au lendemain de son élection au Congrès américain, Rashida Tlaib, une des nouvelles représentantes démocrates a promis de destituer le président Donald Trump, l’une de ses promesses de campagne, dans une virulente attaque frontale.

« Nous allons destituer ce fils de pute ! », a lancé Rashida Tlaib à ses partisans lors d’une soirée de célébration, quelques heures seulement après avoir prêté serment, jeudi, à la Chambre des représentants.

« Ils veulent seulement me destituer car ils savent qu’ils n’ont aucune chance de l’emporter en 2020 »

« Comment voulez-vous destituer un président qui a gagné probablement la plus grande élection de tous les temps, qui n’a rien fait de mal (aucune collusion avec la Russie, ce sont les démocrates qui ont comploté), qui est à l’origine des deux meilleures premières années de tous les présidents, et qui est le républicain le plus populaire dans l’histoire du parti, à 93 % ? », a répondu Donald Trump, ce vendredi, dans un message posté sur Twitter.

« Ils veulent seulement me destituer car ils savent qu’ils n’ont aucune chance de l’emporter en 2020, beaucoup trop de réussites ! », a-t-il ajouté, sans directement mentionner la vidéo.

« Il est temps de lancer maintenant une procédure de destitution »

Rashida Tlaib, une ancienne avocate de 42 ans, avait fait de la destitution du 45e président des Etats-Unis l’un de ses arguments de campagne dans le Michigan. Cette fille d’immigrés palestiniens, arrêtée il y a deux ans pour avoir perturbé un discours de Donald Trump, avait qualifié ce dernier de « menace directe et grave pour (le) pays » dans une tribune publiée jeudi matin par le journal local Detroit Free Press.

« Nous avons déjà des preuves accablantes que le président a commis des infractions justifiant sa destitution », y écrit-elle. « Chaque jour apporte son lot de dommages aux nombreuses personnes touchées par les actes de ce président sans foi ni loi. Il est temps de lancer maintenant une procédure de destitution ».

L’hypothèse d’un « impeachment » très lointaine

Un nombre record de femmes et d’élus issus de minorités, majoritairement dans le camp démocrate, compose le 116e Congrès américain, qui s’est réuni jeudi pour la première fois.

L’hypothèse d’une procédure de destitution de Donald Trump reste une éventualité très lointaine en l’état actuel des choses. Cette procédure de mise en accusation, connue en anglais sous le nom d'« impeachment », prend la forme d’un procès devant le corps législatif.