VIDEO. Nancy Pelosi redevient la femme la plus puissante de la politique américaine

ETATS-UNIS A 78 ans, l'élue californienne retrouve le perchoir du Speaker à la Chambre, huit ans après avoir occupé ce poste...

Philippe Berry

— 

La démocrate Nancy Pelosi a été réélue Speaker de la Chambre des représentants le 3 janvier 2019.
La démocrate Nancy Pelosi a été réélue Speaker de la Chambre des représentants le 3 janvier 2019. — SAUL LOEB / AFP

Le Speaker de la Chambre est le troisième poste le plus important dans le système américain, en seconde position dans la ligne de succession après le vice-président. Jeudi, la représentante californienne Nancy Pelosi, première femme à occuper cette position entre 2007 et 2010, a retrouvé son perchoir et son marteau.

A 78 ans, cette habile tacticienne qui a passé plus de 40 années dans la politique américaine, va mener son dernier combat : l’opposition à Donald Trump, avec le spectre d’un combat autour d'un possible « impeachment » du président américain.

Tombée dans la marmite politique toute petite

Nancy Pelosi est née dans la politique : son père, Thomas D’Alesandro Jr., a été maire de Baltimore entre 1947 et 1959. A 20 ans, elle rencontre John F. Kennedy lors de la convention démocrate, puis se rend à son investiture en janvier 1961.

Mais c’est en Californie, où elle s’installe avec son mari, qu’elle gravit un à un les échelons du pouvoir. D’abord au sein du parti démocrate dans les années 70, puis comme représentante à partir de 1987. Dans un district très à gauche de San Francisco, elle a toujours été réélue depuis, presque sans opposition.

Première femme Speaker

Avec la victoire des démocrates aux législatives de la mi-mandat en 2006, sous George W. Bush, Nancy Pelosi elle est élue Speaker de la Chambre, une première pour une femme. Dans son discours, elle salue « un moment historique pour le Congrès et pour les femmes de ce pays » qui « rappelle une promesse de l’Amérique : que les hommes et les femmes sont créés égaux ».

Sous Barack Obama, elle mène le combat pour faire adopter la réforme de la santé (« Obamacare »). Après la défaite de son parti en 2010, elle redevient chef de la minorité démocrate. Et avec l’arrivée de Donald Trump et l’essor du mouvement #MeToo, elle prend souvent position pour défendre le droit des femmes, notamment sur l’avortement et la parité salariale.

Son dernier combat face à Trump

Habile tacticienne, elle a réussi cet hiver à mater la fronde de la gauche du parti pour assurer sa réélection comme Speaker après la victoire des démocrates en novembre dernier. Elle a notamment accepté de limiter la durée de son mandat à 2022 – elle aura alors 82 ans. Avec son compère Chuck Schumer au Sénat, Nancy Pelosi a engagé un bras de fer face à Donald Trump, refusant d’allouer 5 milliards de dollars pour le mur à la frontière, provoquant un « shutdown » partiel de l’administration américaine.

Mais la grande question reste celle de l’hypothétique combat pour un impeachment de Donald Trump. Sur NBC jeudi, elle a répété qu’une tentative de destitution ne devait « pas avoir lieu pour des raisons politiques », mais elle n’a pas exclu cette option nucléaire. « Nous devons attendre les conclusions de l’enquête de Robert Mueller », a-t-elle insisté. Selon les médias américains, le procureur qui enquête sur les soupçons de collusion entre la campagne de Trump et la Russie pourrait rendre ses conclusions en février. Il pourrait y avoir du sport au printemps.