Fusillade de Parkland: Un rapport préconise d'armer les enseignants en Floride

ETATS-UNIS En plus d’armer les enseignants, le rapport recommande aussi que toutes les classes soient équipées de « zones de refuge » non visibles depuis les portes d’entrée…

20 Minutes avec agences

— 

La fusillade de Parkland avait fait 17 morts, le 14 février 2018.
La fusillade de Parkland avait fait 17 morts, le 14 février 2018. — Mike Stocker/AP/SIPA

Les professeurs de Floride devront-ils bientôt venir travailler avec une arme ? C’est ce que préconise un rapport officiel publié ce mercredi sur la fusillade du lycée de Parkland, il y a près d’un an.

Selon les membres d’une commission, issus des secteurs de la police, de la justice et de l’éducation, la Floride « devrait autoriser les professeurs qui le souhaitent (…) et qui sont dûment choisis, contrôlés et entraînés à porter des armes à feu dissimulées sur les campus pour leur protection et celle des étudiants et du personnel ».

Une mesure déjà proposée par Donald Trump

Cette mesure avait déjà été proposée, notamment par le président Donald Trump, après la fusillade du 14 février dernier. Nikolas Cruz avait tué 17 personnes avec un fusil d’assaut AR-15 dans le lycée Marjory Stoneman Douglas, son ancien établissement.

Après son arrestation par la police, le jeune homme avait confié souffrir de dépression causée par la solitude et avoir tenté par deux fois de se suicider. Malgré ses antécédents psychiatriques, il a pu se procurer légalement un fusil d’assaut semi-automatique.

Des « zones de refuge »

Le rapport de plus de 400 pages détaille, minute par minute, comment le tireur a perpétré une des pires fusillades en milieu scolaire de l’histoire américaine. Le texte recommande ainsi que toutes les classes soient équipées de « zones de refuge » clairement délimitées pour mettre les élèves en sécurité. Ces zones correspondent à des coins de la pièce qui ne sont pas visibles depuis la porte d’entrée.

Selon les conclusions de la commission, certaines « zones de refuge » déjà existantes n’étaient pas accessibles aux lycéens, car trop encombrées au moment de l’attaque. Certaines victimes de Nikolas Cruz ont ainsi été abattues dans leur salle de cours « car elles étaient encore dans le champ de vision » du tireur, qui se trouvait lui dans les couloirs.

Enfin, le rapport, remis au parlement et au gouverneur de l’Etat Rick Scott, pointe du doigt l’absence de préparation du personnel de l’école. « L’absence de déclenchement du processus 'Alerte rouge' le 14 février 2018 - à cause de l’absence de consigne, du manque d’entraînement et d’exercices - a fait que certains étudiants et membres du personnel se sont fait tirer dessus, certains n’ayant pas été prévenus qu’il fallait se mettre à l’abri », indique le rapport.