Inde: Des heurts violents après l'entrée de femmes dans un temple

HINDOUISME Les femmes n’avaient jadis pas le droit d’entrer dans certains temples sacrés de l’hindouisme. Une interdiction levée par la Cour suprême, mais que certains traditionalistes refusent d’admettre…

20 minutes avec AFP

— 

Des manifestants traditionalistes.
Des manifestants traditionalistes. — AFP

Des heurts ont éclaté ce mercredi 2 janvier devant le siège du parlement de l’Etat indien de Kerala, à Thiruvananthapuram. La police est intervenue pour stopper la manifestation à coups de gaz lacrymos, grenades incapacitantes et canons à eau.

Les femmes indésirables

La raison de ce conflit ? Des manifestations de traditionalistes hindous s’opposant à l’entrée de femmes dans le temple de Sabarimala, un des sanctuaires les plus sacrés de l’hindouisme. Des médias locaux avaient rapporté ce matin que des femmes étaient pénétrées dans le temple à l’aurore, sous protection policière. Jusqu’au mois de septembre, les femmes de 10 à 50 ans n’avaient pas le droit d’entrer dans ce temple.

La Cour suprême a mis fin à cette interdiction, provoquant la colère des traditionalistes hindous, qui veulent conserver le temple non-mixte. Depuis la décision de la Cour suprême, plusieurs femmes avaient tenté de pénétrer dans le temple, mais s’étaient fait repousser par des traditionalistes.

De nombreux groupes hindous et le parti Bharatiya Janata (BJP) nationaliste du Premier ministre Narendra Modi s’opposent à la décision d’ouvrir le temple à toutes les femmes quel que soit leur âge.