Corée du Nord: «Pour la survie de son régime, elle a accepté un plan de dénucléarisation»

INTERVIEW Après avoir accepté un processus de dénucléarisation, la Corée du Nord voit les sanctions internationales à son encontre progressivement se lever… Explications de Pascal Boniface, politologue.

Propos recueillis par Valérie Zoydo

— 

Les Etats-Unis sont parvenus à un accord avec la Corée du Nord pour reprendre en juin leur aide alimentaire au régime de Pyongyang, pour un volume total de 500.000 tonnes sur un an, a annoncé vendredi le département d'Etat dans un communiqué.
Les Etats-Unis sont parvenus à un accord avec la Corée du Nord pour reprendre en juin leur aide alimentaire au régime de Pyongyang, pour un volume total de 500.000 tonnes sur un an, a annoncé vendredi le département d'Etat dans un communiqué. — Frederic Brown AFP/Archives
Le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) a annoncé lundi qu'il allait quadrupler son aide alimentaire pour secourir plus de cinq millions de Nord-Coréens victimes de pénuries alimentaires chroniques. Dimanche 37.000 tonnes de blé sont arrivés à Pyongyang en provenance des Etats-Unis. Cette cargaison constitue la première tranche d'une aide de 500.000 tonnes de nourriture promise par Washington. Explications de Pascal Boniface, géopolitologue et co-auteur avec Hubert Védrine de «L'Atlas du monde global» aux éditions Armand Colin.

Cette aide onusienne arrive quelques jours après que la Corée du Nord a remis jeudi un inventaire de ses activités nucléaires. Elle figurait jusqu’alors sur la liste américaine des États soutenant le terrorisme et ne pouvait bénéficier d'aide américaine et ni de prêts d'organisations internationales. Ces deux événements sont liés ?

La Corée du Nord connaît une situation catastrophique sur le plan alimentaire. Pour la survie de son régime, elle a accepté dès octobre dernier un plan de dénucléarisation. En s’engageant dans ce processus, elle avait comme garantie que ni les Etats-Unis, ni la Corée du Sud ne renverserait son régime.

La Corée du Nord n’a pas eu le choix?
La famine commençait à sévir en Corée du Nord. La hausse des prix des denrées alimentaires augmentait fortement, et la production n’augmentait pas. Il devenait urgent de faire lever les sanctions des Etats Unis et des organisations internationales.

La Chine a joué un rôle-clé pour amener la Corée du Nord à déclarer ses programmes nucléaires. Quel était son intérêt ?

La Chine voulait apparaître comme un pays qui joue un rôle positif sur le plan international. Elle voulait montrer une voix chinoise de médiation en prouvant qu’une grave crise impliquant un problème nucléaire pouvait avoir une autre issue que celle de l’Irak. Enfin, un nouveau conflit régional proche de ses frontières aurait déstabilisé l'économie chinoise, et par ricochet le régime politique, sans oublier les millions de réfugiés nord-coréens qui auraient émigré en Chine.

Peut-on faire confiance à la Corée du Nord?

On ne peut pas lui signer un chèque en blanc. Il s'agit d'un régime totalitaire, habitué à revenir sur ses engagements. Il faut surveiller de près l'exécution de ses promesses.