Grande-Bretagne: Victime de survols de drones, l'aéroport de Gatwick rouvre partiellement

AERIEN L’aéroport a été fermé mercredi soir, perturbant les voyages d’une centaine de milliers de personnes à la veille des fêtes de fin d’année…

20 Minutes avec AFP
— 
Un avion s'apprête à atterrir, le 21 décembre 2018 à l'aéroport de Gatwick, au sud de Londres.
Un avion s'apprête à atterrir, le 21 décembre 2018 à l'aéroport de Gatwick, au sud de Londres. — AFP

L’aéroport londonien de Gatwick a annoncé ce vendredi sa réouverture pour un « nombre limité » de vols, après avoir été paralysé en raison d’un survol de drones. Le gouvernement dénonce un incident « sans précédent ».



« La piste de Gatwick est actuellement opérationnelle et un nombre limité d’avions sont prévus au décollage et à l’atterrissage », a annoncé sur Twitter l’aéroport, bloqué depuis mercredi soir. Les voyageurs sont toutefois invités à vérifier le statut de leur vol avec leur compagnie aérienne avant de se rendre à l’aéroport, des vols au départ et à l’arrivée étant toujours sujets à des retards ou à des annulations.

Un « acte délibéré », selon la police

Selon le directeur opérationnel de l’aéroport, Chris Woodroofe, près de 700 vols sont prévus au départ vendredi. Il s’est excusé auprès des 120.000 voyageurs affectés à quelques jours des fêtes de Noël. Bien que les drones concernés n’aient pas été interceptés, ni le ou les responsables de la pagaille aérienne retrouvés, l’aéroport a pu rouvrir après avoir pris des « mesures » en collaboration avec la police, l’armée et les autorités, a précisé Chris Woodroofe sur la BBC, refusant d’en dire plus.



L’aéroport a été fermé mercredi soir par mesure de sécurité, après que deux drones ont été vus en train de survoler le site vers 21 heures. Il a rouvert brièvement dans la nuit avant de fermer à nouveau jeudi matin car les drones ne cessaient de réapparaître, jouant au chat et à la souris avec les policiers. Jeudi soir, la police du Sussex, comté où se trouve l’aéroport, a indiqué que les drones avaient été aperçus plus de 50 fois en 24 heures. Elle a qualifié l’incident d'« acte délibéré », tout en assurant qu’il n’y avait « aucune indication suggérant que cela soit lié au terrorisme ».

« Ce type d’incidents est sans précédent », a déclaré le ministre des Transports Chris Grayling à la BBC. « Il va nous falloir apprendre très rapidement ce qui s’est passé » pour pouvoir « tirer les leçons », a-t-il ajouté face aux critiques sur l’incapacité des autorités à neutraliser les drones impliqués. Les technologies pour arrêter les drones « viennent seulement d’apparaître », s’est-il justifié.