Après la Syrie, Trump compte ordonner un retrait de la moitié des troupes d'Afghanistan

MONDE Ces deux décisions auraient provoqué la démission du secrétaire à la Défense Jim Mattis...

20 Minutes avec AFP

— 

Un hélicoptère américain lors d'un exercice d'entraînement en Afghanistan, en mars 2018.
Un hélicoptère américain lors d'un exercice d'entraînement en Afghanistan, en mars 2018. — US Army/Cover Images/SIPA

Donald Trump met sa doctrine « America First » en action. Après le retrait des troupes américaines en Syrie annoncé mercredi, le président américain a décidé de rapatrier un nombre « important » de soldats déployés en Afghanistan, a indiqué jeudi à l’AFP un responsable américain. « La décision a été prise. Il y aura un retrait important », a déclaré ce responsable sous couvert d’anonymat.

Quelque 7.000 des 14.000 soldats américains présents en Afghanistan seraient concernés, rapportent le Wall Street Journal et le New York Times. Ces troupes opèrent à la fois dans une mission de l’Otan en soutien aux forces afghanes et pour des opérations séparées de lutte contre le terrorisme.

Démission du secrétaire à la Défense

Donald Trump a pris sa décision mardi, selon ce responsable, le même jour où il a annoncé au Pentagone son intention de retirer les troupes américaines de Syrie. Une annonce qui a conduit jeudi le ministre américain de la Défense Jim Mattis à présenter sa démission.

« Parce que vous avez le droit d’avoir un ministre de la Défense dont les vues sont mieux alignées sur les vôtres (…) je pense que me retirer est la bonne chose à faire », a-t-il écrit dans une longue lettre adressée au président et rendue publique par le Pentagone.

Les deux décisions de Donald Trump sur la Syrie et l’Afghanistan sont susceptibles d’avoir des conséquences géopolitiques majeures dans les régions concernées. Jim Mattis et d’autres conseillers militaires de premier plan avaient convaincu l’an dernier le milliardaire républicain, d’abord réfractaire à cette idée, d’envoyer des milliers de troupes supplémentaires en Afghanistan, où les talibans commençaient à regagner du terrain face aux forces afghanes.