Jouets contaminés au plomb: Walmart et Target poursuivis pour la justice

SANTE Des jouets vendus par les deux géants de la distribution contenaient jusqu’à 10 fois le niveau de plomb autorisé…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration magasin de jouets.
Illustration magasin de jouets. — Fréderic Schreiber

« Aucun parent ne devrait avoir à s’inquiéter de savoir si les jouets de ses enfants sont toxiques ou non. » La procureure générale de l’Etat de New York, Barbara Underwood, a annoncé jeudi avoir engagé des poursuites contre les géants de la distribution Walmart et Target pour avoir vendu dans leurs magasins des jouets  contaminés au plomb.

Les produits mis en cause sont des kits destinés à fabriquer des bijoux, commercialisés entre 2015 et 2016 sous le nom de « Cra-Z-Jewelz » et importés par l’entreprise LaRose Industries, également poursuivie, détaille un communiqué.

Jusqu’à 10 fois le niveau de plomb autorisé

Selon des tests conduits par les autorités, certains éléments contenaient jusqu’à 10 fois le niveau de plomb autorisé. Ces résultats avaient déjà conduit à un rappel massif du produit en 2016. La procédure engagée réclame jusqu’à 6.000 dollars d’amendes pour chacun des kits vendus ainsi que la mise en œuvre par les entreprises de mesures supplémentaires visant à s’assurer que cette situation ne se reproduise pas.

« Notre plainte vise à tenir les entreprises pour responsable des défauts ayant conduit à la mise en vente dans les rayons de jouets contaminés au plomb, tout en les forçant à s’assurer de la sécurité des produits qu’ils distribuent », a indiqué la procureure dans un communiqué.

Walmart et Target font profil bas

Walmart assure avoir retiré les jouets de ses magasins et de son site internet juste après avoir été prévenu par l’importateur du rappel engagé. « Nous prenons au sérieux la sécurité de nos clients et demandons à nos fournisseurs de répondre à toutes les normes de sécurité », a assuré la société.

Target a aussi affirmé avoir retiré tous les jouets incriminés de ses rayons sitôt avoir été contacté par les autorités new-yorkaises en 2016, la chaîne de magasins assurant également vouloir apporter à ses clients « des produits de haute qualité et sans danger ».