Illustration Facebook
Illustration Facebook — MATHIEU PATTIER/SIPA

ALGORITHME

Etats-Unis: Elle perd son bébé et Facebook lui envoie encore des pubs sur la maternité

« Mais ne m’avez-vous pas également vu rechercher ''fausses contractions'' ou ''le bébé ne bouge plus'' ? »…

Les réseaux sociaux se sont récemment émus de l’histoire d’une journaliste du Washington Post, qui a partagé son témoignage aux responsables de Facebook et Twitter ce mardi. Alors qu’elle était enceinte, Gillian Brockell a cliqué sur de nombreuses publicités en lien avec la grossesse.

Elle a également fait des achats en ligne en prévision de l’arrivée de son bébé. Seulement, comme le raconte le HuffPost, elle a ensuite donné naissance à un enfant mort-né.

La faute aux algorithmes

Gillian Brockell accuse les géants du Web d’avoir continué à lui suggérer des publicités en rapport avec la maternité. Selon elle, ni publicités ni suggestions en lien avec la grossesse ou l’arrivée d’un enfant ne disparaissent, lui rappelant continuellement le drame qu’elle a vécu.

« Mais ne m’avez-vous pas également vu rechercher ''fausses contractions'' ou ''le bébé ne bouge plus'' ? », interroge la journaliste. « Et quand j’ai mis en ligne une publication avec les mots-clés ''dévastée'', ''problèmes'' et ''mort-né'' ? Et les 200 émojis qui pleurent de mes amis ? N’est-ce pas aussi quelque chose que vous pouvez analyser ? »

« Si vos algorithmes sont suffisamment intelligents pour comprendre que j’étais enceinte, ou que j’ai accouché », affirme Gillian Brockell, « ils sont sûrement suffisamment intelligents pour réaliser que mon bébé est mort. » Publié ce mardi sur Twitter, le témoignage a été partagé plusieurs dizaines de milliers de fois.