Royaume-Uni: Confrontée à un vote de défiance, Theresa May se bat «de toutes ses forces»

POLITIQUE Theresa May doit obtenir le vote d’au moins la moitié des députés conservateurs, plus un, soit 158 élus, pour rester en poste...

20 Minutes avec AFP

— 

La Première ministre, Theresa May, devant Downing Street le 22 novembre 2018.
La Première ministre, Theresa May, devant Downing Street le 22 novembre 2018. — Mark Thomas/REX//SIPA

L’avenir politique de Theresa May pourrait se jouer ce mercredi. Un vote de défiance a été organisé à l’initiative du Parti conservateur de la Première ministre britannique, qu’elle s’est mis à dos avec l'accord de Brexit conclu avec Bruxelles.

Graham Brady, qui préside le Comité 1922, responsable de l’organisation interne des Tories, a annoncé ce mercredi que le seuil des 48 députés conservateurs, nécessaires pour déclencher ce vote, avait été atteint.

Theresa May se battra « de toutes ses forces »

Le vote sera organisé entre 18h00 et 20h00 à la chambre des Communes, les voix seront comptées « immédiatement après et le résultat sera annoncé le plus tôt possible dans la soirée », a-t-il annoncé.

Dans une courte déclaration devant Downing Street mercredi matin, Theresa May a annoncé qu’elle se battrait « de toutes ses forces » et comptait bien « finir le travail » sur le Brexit.

Si elle devait quitter Downing Street, son remplaçant « n’aurait pas le temps de renégocier » avec l’Union européenne et cela risquerait de « retarder, voire d’arrêter le Brexit », prévu le 29 mars 2019, a-t-elle averti.

Camouflet ou position renforcée

Une douzaine de membres de son gouvernement lui ont témoigné leur soutien sur Twitter, y compris des ministres dont le nom est évoqué pour lui succéder.

« Le poste de Premier ministre est le plus difficile que l’on puisse imaginer à l’heure actuelle et la dernière chose dont le pays a besoin est une longue et pénible course au leadership », a tweeté le ministre des Affaires étrangères, Jeremy Hunt.

Theresa May doit obtenir le vote d’au moins la moitié des députés conservateurs, plus un, soit 158 élus, pour rester en poste. Mais si une centaine de parlementaires refusaient de lui accorder leur confiance, cela constituerait déjà un sérieux camouflet et poserait la question de sa légitimité.

En revanche, si elle gagne le vote, elle ne pourra plus être contestée comme cheffe des Tories pendant un an.