Allemagne: Les cheminots en grève pour peser sur les négociations salariales

SALAIRES Les cheminots demandent une hausse de salaire de 7,5% pour les 160.000 employés de l'entreprise...

20 Minutes avec AFP

— 

Le train rapide de la Deutsche Bahn entre Berlin et Munich.
Le train rapide de la Deutsche Bahn entre Berlin et Munich. — Sven Hoppe/AP/SIPA

Les chemins de fer allemands à l’arrêt pendant quelques heures ce lundi. Les cheminots allemands ont déposé un arrêt de travail pour soutenir des revendications salariales, provoquant  de très importantes perturbations du trafic, dont l’arrêt momentané de l’ensemble des grandes lignes.

Depuis la fin de la grève à 9 heures locales, « le trafic reprend », a indiqué la Deutsche Bahn (DB) dans un communiqué à la mi-journée, ajoutant cependant que « des retards et annulations continuent de se produire sur les liaisons interrégionales ». La circulation de trains à grande vitesse (ICE) et des Intercités avait été totalement interrompue depuis le petit matin. Selon la compagnie, 1.400 trains, dont des lignes de fret, sont concernés par les effets du mouvement social.

Les syndicats réclament une hausse de 7,5 %

DB précise que les utilisateurs de trains régionaux devraient également continuer à sentir les effets de la grève, surtout dans les régions les plus touchées, comme en Bavière, où l’ensemble du trafic avait été interrompu toutes lignes confondues. Dans les grandes villes telles que Berlin, Francfort ou Munich, la circulation de trains de banlieue reprenait également à la mi-journée.

A Nuremberg, en Bavière, une cinquantaine de manifestants vêtus de gilets jaunes étaient rassemblés lundi matin, sans faire toutefois explicitement référence au mouvement français du même nom. Ce conflit est une démonstration de force, classique en Allemagne, destinée à peser sur les négociations salariales entre Deutsche Bahn et le syndicat EVG qui réclame une hausse de 7,5 % pour 160.000 employés.

Lors d’une rencontre qui s’est achevée samedi aux aurores, « l’employeur a présenté des offres qui ne correspondaient pas aux demandes de nos membres », avait expliqué la négociatrice d’EVG, Regina Rusch-Ziemba. EVG s’est dit prêt ce lundi à de nouveaux pourparlers « dès demain [mardi] en début d’après midi », et a indiqué que d’autres grèves n’étaient pas prévues pour le moment, selon DPA. Deutsche Bahn a indiqué être « disposé à présenter une nouvelle offre au syndicat ».