Belgique: Le parti nationaliste de la N-VA quitte la coalition

PACTE DE MARRAKECH A la suite d’un désaccord majeur sur le Pacte de l’ONU sur les migrations, le parti nationaliste N-VA a décidé de quitter la coalition gouvernementale...

JLD avec AFP

— 

Le Premier ministre belge Charles Michel (à gauche) et le ministre de l'Intérieur Jan Jambon en 2016.
Le Premier ministre belge Charles Michel (à gauche) et le ministre de l'Intérieur Jan Jambon en 2016. — Nicolas MAETERLINCK BELGA

Les ministres nationalistes flamands de la N-VA quittent officiellement de la coalition au pouvoir en Belgique, en place depuis quatre ans. C’est l’un d’eux, l'(ex-) ministre de l’Intérieur Jan Jambon, qui l’a annoncé ce dimanche 9 décembre à la télévision publique RTBF. La raison de ce divorce ?  Le Pacte de l’ONU sur les migrations, auteur d’un désaccord majeur entre la N-VA et les autres partis de la coalition, favorables au Pacte.

L’avenir politique belge une nouvelle fois flou

Le président de la N-VA avait prévenu le premier ministre Charles Michel que si ce dernier se rendait à Marrakech pour valider ce document, la coalition cesserait d’exister. Non contraignant, le Pacte de l’ONU recense des principes, tel que la défense des droits de l’homme ou reconnaissance de la souveraineté nationale, et une vingtaine de propositions pour aider les pays à faire face aux migrations.

Ces départs majeurs laissent l’avenir politique belge une nouvelle fois dans le flou. Charles Michel doit désormais prendre la tête d’un gouvernement sans majorité au Parlement, à seulement cinq mois des prochaines élections législatives prévues fin mai.

Ce dimanche, il devra également annoncer de nouveaux ministres pour remplacer ceux partis (Intérieur, Finances, Défense et Migration). « Je prends (…) acte ce soir que la N-VA quitte la majorité », a-t-il simplement commenté.