Israël: L'armée va détruire les tunnels du Hezbollah à la frontière avec le Liban

CONFLIT Israël a repéré sous son sol un certain nombre de tunnels...

20 Minutes avec AFP

— 

Cette photo aérienne montre le chantier mis en place par l'armée israélienne pour détruire les tunnels à la frontière avec le Liban.
Cette photo aérienne montre le chantier mis en place par l'armée israélienne pour détruire les tunnels à la frontière avec le Liban. — JALAA MAREY / AFP

Israël a annoncé ce mardi avoir lancé une opération pour détruire des tunnels souterrains du Hezbollah détectés de son côté de la frontière avec le Liban. L’opération risque d’aviver les tensions avec ce mouvement soutenu par l’Iran.

L’opération « Bouclier du nord », annoncée de manière inattendue au lendemain d’un entretien surprise entre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo à Bruxelles, est le dernier épisode en date de la confrontation avec le Hezbollah, l’un des grands ennemis de l’Etat hébreu, de part et d’autre de la Ligne bleue fixant la frontière libano-israélienne.

Des engins lourds à la frontière

« Nous avons lancé l’opération "Bouclier du nord" pour mettre au jour et déjouer la menace des tunnels d’attaque de l’organisation terroriste Hezbollah », a confié à des journalistes un porte-parole des forces israéliennes, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus.

Israël a repéré sous son sol un certain nombre de tunnels, a-t-il expliqué sans en spécifier le nombre ni comment ils avaient été localisés. Il n’a pas précisé non plus quand les tunnels avaient été découverts, se contentant d’indiquer qu’Israël surveillait attentivement de telles activités depuis des années. L’armée a diffusé des images d’engins lourds procédant à des travaux de terrassement près de la frontière. L’un des tunnels partait d’une maison de Kfar-Kila, dans le sud du Liban, a précisé l’armée israélienne.

Pas de « menace immédiate »

L’armée opère seulement du côté israélien de la frontière, a affirmé le lieutenant-colonel Conricus. Les tunnels ne sont pas encore opérationnels et ne représentent pas une « menace immédiate » pour la population du nord d’Israël, selon lui. L’armée a établi une zone militaire fermée dans le secteur concerné, proche de Metula, et renforcé sa présence, mais n’a pas mobilisé les soldats de réserve, a-t-il dit. Aucune consigne spécifique n’a été délivrée aux populations civiles israéliennes, a-t-il ajouté.

Après différents conflits, Israël et le Liban demeurent techniquement en état de guerre mais la frontière est restée relativement calme ces dernières années. Israël construit actuellement un mur le long de la frontière pour stopper d’éventuelles tentatives d’infiltration du Hezbollah. L’organisation n’a pas encore réagi, mais la porte-parole de la Force de maintien de la paix de l’ONU positionnée dans le sud du Liban, Malene Jensen, a assuré que la situation dans la zone où opère la Finul restait « calme ». La Maison Blanche a exprimé ce mardi son soutien clair à cette opération.