G20: Poutine, MBS, Macron... Les incontournables du jour 1

DIPLOMATIE Le sommet de Buenos Aires a réservé son lot de têtes-à-tête marquants...  

20 Minutes avec AFP

— 

Mohammed ben Salmane et Vladimir Poutine au G20 de Buenos Aires, le 30 novembre 2018.
Mohammed ben Salmane et Vladimir Poutine au G20 de Buenos Aires, le 30 novembre 2018. — Pool For Yomiuri/AP/SIPA;

On ne sait pas encore si ce G20 de Buenos Aires accouchera d’annonces concrètes. Mais la première journée, vendredi, a réservé son lot de têtes-à-tête marquants. Bilan.

Tope-là

Peu avant de prendre place autour de la table avec les autres chefs d’Etat et de gouvernement réunis pour deux jours à Buenos Aires, le président russe Vladimir Poutine et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) se sont salués vendredi avec enthousiasme, d’un geste à mi-chemin entre la poignée de main et le « tope-là » de deux sportifs.

« MBS », dont la réputation est entachée depuis le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, et le Russe, critiqué pour l’escalade en cours en Ukraine, ont continué ensuite à converser, tout sourire. Les images ont fait le tour d’Internet.

« Tu ne m’écoutes jamais », dit Macron à MBS

La discussion, à peine audible, entre le président français et le prince héritier saoudien a également fait le tour de la Toile. On ne connaît pas le contexte, mais on peut déchiffrer quelques bribes. « Ne t’inquiète pas », commence MBS. « Je suis inquiet. », répond Macron, qui continue : « Tu ne m’écoutes jamais », ce à quoi Mohammed ben Salmane répond : « J’écouterai, bien sûr. » L’Elysée a déclaré que la vidéo montrait « une sorte de contraste entre le visage de MBS arborant un sourire embarrassé et le visage du président (français), qui était plutôt sévère et qui souhaitait transmettre ces messages de manière très ferme ».

Trump tient son traité

Etats-Unis, Mexique et Canada ont signé officiellement vendredi à Buenos Aires un nouvel accord commercial. Détail amusant, chacun des trois pays a rebaptisé le traité en se plaçant en tête de l’acronyme : USMCA pour les Etats-Unis, TMEC (Traité Mexique-Etats-Unis-Canada) pour le Mexique et CUSMA (Canada-United States-Mexico Agreement, en anglais) pour le Canada. La signature est une victoire pour Donald Trump, qui avait forcé ses partenaires à négocier cet accord, et qui espère au G20 convaincre les Chinois de se plier également à ses demandes commerciales.

Renault-Nissan au menu de la rencontre Macron-Abe

Le président français a souhaité vendredi que l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors soit « préservée », lors d’un entretien avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe. « L’échange sur Renault a été succinct, avec simplement le rappel que la procédure judiciaire devait suivre son cours », a fait savoir l’Elysée à l’issue du tête-à-tête qui s’est tenu le jour où la justice japonaise a annoncé la prolongation de la garde à vue de Carlos Ghosn. Le tout-puissant patron a été arrêté le 19 novembre à Tokyo dans le cadre d’une affaire de dissimulation de revenus au retentissement mondial. « Le Président a pour sa part rappelé son attachement à ce que l’alliance soit préservée de même que la stabilité du groupe », a ajouté l’Elysée.

Dessine-moi une carte

Lors d’une rencontre bilatérale avec Emmanuel Macron, Vladimir Poutine a fait un dessin pour justifier la capture de bateaux ukrainiens, qui a déclenché une crise majeure entre Moscou et Kiev. « Poutine a sorti une feuille blanche et dessiné la mer, le détroit, et entrepris d’expliquer au président le parcours ukrainien dans les eaux neutres puis territoriales », a raconté une conseillère du président français. Apparemment, ça a duré une dizaine de minutes. « Le président de la République a dit qu’il fallait entrer dans une phase de désescalade » selon l’Elysée.