G20: Décidé à en découdre, Donald Trump est arrivé à Buenos Aires

INTERNATIONAL Au G20, « le risque est celui d’un tête-à-tête entre la Chine et les Etats-Unis et d’une guerre commerciale destructrice pour tous », a averti Emmanuel Macron...

Manon Aublanc

— 

Donald Trump est arrivé à Buenos Aires, en Argentine.
Donald Trump est arrivé à Buenos Aires, en Argentine. — JUAN MABROMATA / AFP

Les échanges promettent d'être tendus. A quelques heures du début du sommet du G20, le président américain est arrivé, jeudi soir, à Buenos Aires, en Argentine. Décidé à en découdre avec la Chine, Donald Trump a finalement décidé d'annuler sa rencontre avec Vladimir Poutine à cause des tensions entre la Russie et l'Ukraine. Angela Merkel, elle, ratera l'ouverture du sommet après un incident technique qui a forcé son avion à faire demi-tour jeudi.

Plus de 20.000 membres des forces de l’ordre sont déployés, dans un pays rongé par la crise économique, et alors que des manifestations anti-G20 sont prévues. Les entretiens bilatéraux de l’impulsif président américain, qui dédaigne les discussions multilatérales, scanderont la rencontre vendredi et samedi des chefs d’Etat.

« Le risque est celui d’un tête-à-tête entre la Chine et les Etats-Unis »

Le président américain doit s’entretenir avec son homologue chinois Xi Jinping pour tenter d’enrayer l’escalade de représailles douanières entre les deux pays, qui menace la croissance mondiale. L’administration américaine a considéré mercredi que la Chine, qui affiche un gigantesque excédent dans ses échanges avec les Etats-Unis, n’avait pour l’heure pas fait de « propositions destinées à réformer significativement » ses pratiques commerciales, jugées déloyales par Washington.

Au G20, « le risque est celui d’un tête-à-tête entre la Chine et les Etats-Unis et d’une guerre commerciale destructrice pour tous », a averti Emmanuel Macron dans une interview jeudi au quotidien argentin La Nacion.

Rencontre avec Poutine annulée

La rencontre bilatérale entre Donald Trump et Vladimir Poutine a finalement été annulée. « Etant donné que les navires et les marins n’ont pas été restitués par la Russie à l’Ukraine, j’ai décidé que ça serait mieux pour tous les partis d’annuler ma rencontre avec le président Vladimir Poutine en Argentine », a écrit Donald Trump sur Twitter jeudi, alors que les critiques pleuvent sur Moscou depuis l’opération militaire russe contre des navires ukrainiens en mer d’Azov.

Le président américain aura-t-il une « interaction » avec Mohammed ben Salmane, ce que la Maison Blanche n’exclut pas ? Donald Trump est l’un des plus solides appuis du prince héritier saoudien, et mercredi, son secrétaire d'Etat a affirmé qu'il n'exisait pas de "lien direct" entre «MBS» et l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

Les autres protagonistes du sommet essaieront de ne pas jouer les seconds rôles. Les Européens en particulier, bien qu’ébranlés par le Brexit et la montée du populisme, tâcheront de défendre le credo du multilatéralisme qui avait conduit les leaders du G20 à se réunir pour la première fois il y a dix ans. Dans le même temps, Donald Trump menace ouvertement ses partenaires commerciaux, dont l’Union européenne, de taxes sur l’industrie automobile, maillon crucial du commerce international.