Migrants: Un bateau de pêche espagnol «coincé» en mer après avoir secouru 12 personnes

MIGRANTS L’Italie et Malte leur ont refusé l’entrée dans leurs ports et les services espagnols de sauvetage maritime ont seulement offert la possibilité de les renvoyer en Libye...

M.C. avec AFP

— 

Des membres d'une ONG espagnole approchent du «Nuestra Madre Loreto», qui a recueilli 12 migrants, le 24 novembre 2018..
Des membres d'une ONG espagnole approchent du «Nuestra Madre Loreto», qui a recueilli 12 migrants, le 24 novembre 2018.. — Javier Fergo/AP/SIPA

« Nous sommes coincés en mer, nous ne pouvons aller nulle part », résume Pascual Durá, capitaine du Nuestra Madre Loreto. Ce navire de pêche espagnol est « coincé » en mer Méditerranée depuis plusieurs jours car aucun pays n’a accepté d’accueillir les 12 migrants à son bord depuis leur sauvetage la semaine dernière.

Depuis jeudi dernier, les 13 membres de l’équipage du navire cohabitent avec 12 migrants originaires du Niger, de Somalie, du Soudan, du Sénégal et d’Egypte rescapés d’un bateau pneumatique en provenance de Libye. L’Italie et Malte leur ont refusé l’entrée dans leurs ports et les services espagnols de sauvetage maritime, avec lesquels les marins sont en contact, ont seulement offert la possibilité de les renvoyer en Libye, a expliqué Pascual Durá.

« Nous ne voulons pas les renvoyer vers l’endroit qu’ils fuient »

« Si nous allons vers la Libye, nous risquons une mutinerie », a indiqué le capitaine, précisant que « dès qu’ils entendent le mot "Lybie", ils deviennent très nerveux et hystériques, il est difficile de les rassurer ». « Nous ne voulons pas renvoyer ces pauvres gens en Libye. Après ce qu’ils ont accompli pour venir jusqu’ici, nous ne voulons pas les renvoyer vers l’endroit qu’ils fuient », a-t-il ajouté.

Le capitaine du navire assure qu’il ne dispose plus que de six ou sept jours de provisions et qu’une tempête approche. Plus de 106.000 migrants sont arrivés en Europe par la mer depuis le début de l’année, selon l’Organisation internationale pour les migrations, qui a enregistré 2.119 décès pendant cette période.